Accéder au contenu principal

Le Football au Maroc


L'amour des Marocains pour le Football n'est pas à démontrer. Il suffit de faire un tour dans les Rues et les plages du Royaume pour s'en apercevoir. Les prestations des Lions de l'Atlas lors des coupes du monde auxquelles ils ont participé ont été unanimement saluées par les observateurs internationaux. Et n'oublions pas que le Maroc est inscrit dans l'histoire africaine comme étant le premier pays du continent ayant réussi à se qualifier au deuxième tour d'une phase finale de coupe du monde.

Palmarès du onze national
Création de la FRMF
Logo de la FRMF
La fédération Royale Marocaine de Football (FRMF) a été crée juste après l'indépendance en 1956. Elle a pris la relève de la Ligue marocaine de football, l'une des ex-vingt-deux ligues de la Fédération Française du temps du protectorat français sur le Maroc. La FRMF, qui gérait à l'époque 310 clubs, instaura un championnat national, dont le Wydad de Casablanca était le premier vainqueur en 1956. La coupe du trône, basée sur le système éliminatoire, a été lancée pour la première fois en 1957.
En 1959, la FRMF a été officiellement affiliée à la FIFA. Elle adhère à la CAF en 1963.
Depuis, avec des équipes comme celles du WAC, du RAJA, des F.A.R ou de l'OCK, le football marocain n'a cessé de se développer.
La révélation
Sous la Direction de Blagoje Vidinic , l'équipe du Maroc fait parler d'elle au mondial 70. Elle réussit à tenir en échec la prestigieuse équipe allemande pendant une heure. Beckenbaeur et Gerd Muller arrivent à redresser la barre, mais ce jour là le représentant africain a donné une belle leçon à l'une des plus fortes équipes mondiales. Les coéquipiers de Bamous ont démontré que au football, la sous-estimation de l'adversaire, n'est jamais une vertu.
Champion d'Afrique
Ce fut à Addis Abeba, en 1976 que le Maroc s'était offert son championnat de la coupe d'Afrique des Nations. Au sein de la sélection nationale, durant cette année, Ahmed FARAS, premier ballon d'or marocain, offrit au Maroc son premier, et unique, championnat africain.
Six ans plus tard Le Maroc remporta la médaille d'or aux jeux méditerranéens 1982.
Coupe du monde
C'était un certain 11 juin 1986 à Guadalajara au Mexique. Le Maroc joue contre le Portugal. Un match à la portée des portugais disaient les commentateurs. Et pourtant c'est l'inverse qui se produise. L'équipe africaine a gagné 3-1 et a fini tête de groupe devant l'Angleterre. Le monde entier a applaudi la performance des coéquipiers de Zaki. L'Afrique a noté, non sans fierté, que c'est la première fois dans son histoire qu'une de ses équipes se qualifie au deuxième tour d'un mondial.
Lions de l'Atlas en 1986
Après une participation très modeste au Mondial des USA en 1994, les marocains reviennent en force en 1998 en France. Les coéquipiers de Noureddine Naybet ont donné la meilleure des images du football Marocain. Ils ont joué un grand Match face à la Norvège avec laquelle ils ont partagé les points après avoir mené par deux fois au score.
Leur deuxième match les a opposé au grand Brésil contre lequel ils ont perdu logiquement 3-0. Il ont alors tout misé sur leur troisième rencontre contre l'Ecosse à Saint-Etienne, ils ont tout donné, ils ont rempli leur contrat et pourtant ils sont éliminés. Les Marocains qui se voyaient déjà affronter l'Italie en huitièmes on du faire leurs valises car l'incroyable a eu lieu dans l'autre rencontre et la Norvège a battu le Brésil invincible jusque là.
Equipe Nationale, France 98
Henri Michel, le sélectionneur national qui sait pertinemment que son équipe est éliminée alors que sous ses yeux, elle vient de remporter un beau succès sur l'Écosse, 3-0 a du mal à contenir ses larmes. Et on peut le comprendre, il se retire de la pire des façons qui soit!
Alors que faire? Maudire les Brésiliens de ne pas s'être donnés à fond pour faire ce qu'ils avaient à faire ou alors maudire l'arbitre qui a sifflé un pénalty dans les toutes dernières minutes qui n'avait pas lieu d'être, en tout cas le résultat est le même. Les Marocains ont quitté la compétition avec les honneurs et on se rappellera toujours de Salaheddine Bassir, Mostapha Hadji, Kamatcho qui ont su tenir tête aux plus grands et ont mis au grand jour la culture footbalistique Marocaine.
Joueurs Exceptionnels
Ben Barek
Larbi Ben Barek
Alors que le Maroc était encore sous colonisation française, la perle noire larbi Ben Barek exposait son talent en France, émerveillait le monde et fait parler pour la première fois du football marocain. Arrivé à Marseille en 1938, " Larbi-le-surdoué " a fait vibrer le public de l'O.M puis celui de l'équipe nationale française (17 sélections) en offrant un spectacle époustouflant. Après la guerre, il débarque en Espagne pour devenir la vedette de l'Atletico de Madrid.
Le nom de Larbi Ben Barek, est inscrit dans les annales pour avoir porté le maillot de la France pendant 15 ans : un record de longévité.
En 1992, Il nous a quitté en toute discrétion et simplicité, sans richesses aucune sauf celle de son histoire footballistique. Une histoire fondatrice de celle du football marocain.
Belmahjoub
Son long parcours footballistique est plein d'exploits. Abderrahmane Belmahjoub est né à Casablanca où il a commencé à jouer au foot avec l'USA, puis il a quitté le Maroc pour porter le maillot du Racing Club de Paris, il a joué par la suite pour Nice puis Montpellier.
Il a gagné la coupe de France avec l'équipe Niçoise en 1953 contre l'Olympique de Marseille. Son excellence dans le championnat Français lui a ouvert les portes de l'équipe nationale Française, ce qui a fait de lui le deuxième joueur Marocain à porter le Maillot des Bleus après Larbi Ben Barek.
La fascination des Français par le jeu d'Abderrahmane lui a valu le titre de "Prince Du Parc" (du nom du célèbre stade Parc des Princes) et Il n'a pas démérité en brillant lors du choc Franco-espagnol de la coupe du monde de 1954 quand il a marqué l'unique but de la rencontre et a fait gagner son équipe.
A son retour au Maroc, il a joué pour le Wydad de Casablanca et a porté le Maillot National, avant de quitter les pelouses pour devenir entraîneur. Il a entraîné plusieurs équipes ainsi que la sélection nationale.
Abderrahmane Belmahjoub
Faras
Ahmed Farras est unanimement considéré comme un joueur exemplaire. Depuis les tous premiers débuts de sa carrière footballistique dans l'équipe du Chabab de Mohammédia, il montra des signes précoces de créativité qui ont fait de lui, très rapidement, l'élément le plus important et le principal pilier de la formation du Chabab. Ainsi, avec son pied gauche , il réalisa les buts les plus extraordinaires et battit les plus grands gardiens du Championnat national.
Ahmed Faras, Ballon d'or 1976
Ahmed Farras est considéré comme le plus grand avant-centre que le football marocain ait jamais connu. Il a forgé, pour lui-même et pour son équipe, une grande gloire qui le rendit digne de porter, de 1971 à 1979, le brassard de capitaine de la sélection nationale marocaine. Mais, s'il n'a pas réalisé son rêve de jouer à la coupe du Monde de 1974, alors qu'il était au faîte de sa gloire, il a tout de même participé aux Olympiades de Munich en 1972. En outre, Farras a remporté avec le onze marocain, en Ethiopie 1976, le Championnat d'Afrique des Nations. Ce titre est d'ailleurs le plus grand exploit du football marocain au niveau africain, réalisé, à l'époque, face aux sélections africaines les plus solides.
1976 fut, d'ailleurs, l'année de ce grand joueur, pendant laquelle il se vit l'objet de beaucoup d'intérêt de la part des milieux footballistiques d'Afrique et d'Europe.
Les médias sportifs le désignèrent comme la star sans conteste de l'année 1976. Il occupa ainsi la première place dans le sondage réalisé annuellement en Afrique pour l'obtention de la médaille d'or africaine, au titre de la même année.
Timoumi
Mohamed Timoumi joua, à un âge très précoce, au sein de l'équipe de l'Ittihad de Touarga dont il était le plus jeune élément.
Joueur merveilleux et fascinant, il attira vers lui les regards des observateurs et des experts du football marocain. Il devint très vite objet d'intérêt de la part de l'entraîneur national qui l'incorpora dans l'équipe des juniors. Puis il rejoignit les rangs des seniors en compagnie d'autres jeunes éléments tels le gardien Zaki, Kamal, Hcina et Bouderbala au moment où la sélection nationale était en pleine restructuration, après sa défaite de 1979.
Mohamed Timoumi
Timoumi s'est brillamment distingué avec l'équipe des FAR au sein de laquelle il devint un merveilleux meneur de jeu digne d'admiration, à côté de ses coéquipiers Dahane, Khaïry, Laghrissi, Fadili, Haïdamou et Lemris. Durant cette période où les joueurs des FAR formaient l'ossature de la sélection marocaine, Timoumi a fait usage de toutes ses potentialités créatrices, tant au niveau du Championnat d'Afrique des clubs champions que les FAR gagnèrent.
1985 fut l'année où le talent de Timoumi s'est brillamment manifesté malgré la blessure et la fracture auxquelles il s'était exposé lors du match des FAR face à l'équipe égyptienne du Zamalek. Au cours de cette année, Timoumi fut, de l'avis unanime de la presse sportive internationale, la star de l'Afrique. Il reçut d'ailleurs le Ballon d'or africain.
Sa blessure n'empêcha pas Timoumi, ce magicien du ballon rond, de revenir sur les stades. Il participa, en effet, à côté de ses camarades, aux phases finales de la Coupe du Monde de 1986 au Mexique. Il fut à Mexico l'un des éléments les plus importants de la sélection marocaine et l'origine de ses beaux buts.
Timoumi fut un joueur talentueux possédant quelque chose que le football moderne a perdu, la magie du jeu et l'esprit inventif. Il reste à savoir pourquoi il s'est retiré prématurément : sans doute son entrée dans le monde du professionnalisme en Espagne avec Murcia puis en Belgique a-t-elle eu un effet très négatif sur sa psychologie.
Combien avons-nous besoin de la trempe de Timoumi !


Zaki
Baddou Zaki
Le football Marocain a connu beaucoup de bons gardiens de but, mais le meilleur de tous est bien Badou Zaki qui a été a lui seul un phénomène unique du football national et sa maîtrise de sa surface était sans précédent.
Ses belles parades ainsi que sa grande agilité on fait de lui un gardien complet. Il a commencé sa carrière au Wydad et il a rejoint la sélection nationale en 1979.
Sa meilleur expérience a bien sûr été sa participation à la coupe du monde de 1986 où il n'a encaissé que deux buts en quatre rencontres, et il a réussi à sauver son équipe d'un but certain en arrêtant un tir de Karl Heinz Rummenigge.
Grâce à ses efforts et son travail, il a gagné le ballon d'or africain en 1986. Il a rejoint le club Espagnol de Majorque avec lequel il a eu de très bons résultats, notamment la qualification pour la première fois dans l'histoire du club à la finale de la coupe du roi d'Espagne en 1990.
Zaki a vraiment brillé dans le championnat Espagnol et réussi à stopper des penalties de grands joueurs comme le Mexicain Sanchez ou encore le Néerlandais, Couman. Il s'affirma, à l'occasion, comme un gardien remarquable avec toutes les caractéristiques des grands gardiens internationaux que le football mondial a produits, tels Lev Yahcine, Zoff et Mayer.
Après la fin de sa carrière de joueur, il a suivi plusieurs formations en Angleterre pour devenir entraîneur, et il occupe aujourd'hui le poste de sélectionneur national.
Dolmi
Détenteur du record de participations à la sélection nationale. Abdelmjid Dolmi est né à Casablanca et il a joué pour le Raja. En 1971, il a été appelé pour porter le maillot national pour la première fois quand il avait encore dix huit ans, et il a continué à le porter pendant plus de vingt ans.
Dolmi, coupe du monde 1986
Il était le joueur du milieu incontournable de l'équipe nationale et était aussi bon en attaque qu'en défense. Ses passes précises et décisives ont fait sa popularité, et beaucoup de spécialistes le considèrent comme le meilleur milieu de terrain Marocain de tous les temps.
On l'a surnommé "l'mâallem" (le maître en arabe dialectal Marocain) pour ses qualités athlétiques et technique, et aussi pour son comportement exemplaire sur et en dehors du terrain, ce qui lui valait le respect des joueurs et des arbitres. Il n'a jamais eu de carton rouge de toute sa carrière et a reçu la médaille de l'esprit sportif de l'UNESCO.
Il a participé à la coupe du monde de 1986 où il a montré ses qualités de bon joueur en dominant l'espace du milieu de terrain Marocain même devant les sélections européennes les plus fortes. Il a pris sa retraite internationale juste après le mondial, mais il a continué à jouer pour le Raja et pour l'Olympic de Casablanca.
Bouderbala
Aziz Bouderbala
La ville de Casablanca est connue pour son engouement pour le football, ses enfants naissent avec avec l'amour de ce jeu dans le coeur et le pratiquent depuis leur plus jeune age, et tout le monde au Maroc que cela s'applique tout particulièrement aux habitants de Casablanca... Dans ce cadre footballistique spécial est né et a grandi la grande star du foot national Aziz Bouderbala. Les défenseurs s'attendent, avec lui, à 90 minutes d'enfer.
Aziz Bouderbala a sûrement été un dribleur de talent qui a enrichi les pelouses Marocaines avec ses capacités extraordinaires à prendre ses adversaires de vitesse et mettre son équipe en position de supériorité. Il était intelligent et sûr de lui à un tel point qu'il osait tenter tout ce qui lui passait par la tête. Il arrivait à supporter les agressions de ses adversaires qui tentaient par tous les moyens de l'arrêter.
Il est né en 1960 à casablanca, et a rejoint le club du Wydad en 1978, avant de commencer une carrière professionnelle en Suisse en 1984. Il était parmi les joueurs de l'équipe mythique qui a disputé les phases finales du mondial du Mexique en 1986 et a été la première équipe Arabe et Africaine à se qualifier au second tour de la compétition avant de se faire éliminer par le géant Allemand par un but marqué dans les dernières minutes du match.
Naybet
Pur produit de l'école du Wydad, Noureddine Naybet est considéré par les plus grands connaisseurs de football comme l'un des meilleurs défenseur au Monde.
Jeune, Naybet était considéré comme un joueur sérieux qui s'entraînait assidûment. Il a commencé avec le Wydad très jeune en équipe A, et il a rejoint la sélection nationale avant d'avoir ses ans. et il a fait partie de l'équipe olympique qui a joué à Barcelone 1992.
Ensuite il a remporté le championnat et la Coupe d'Afrique des champions en 1992 avec le Wydad avant de rejoindre le FC Nantes, avec lequel il réussit une très bonne saison, finissant dans les 10 premiers joueurs aux étoiles France Football.
Noureddine Naybet au Deportivo
Ensuite Il a rejoint le Sporting de Lisbonne pour où il jouera deux ans. Ses belles performances avec l'équipe lisbonnaise, attireront les regards espagnols. Il signe finalement pour le Deportivo la Corogne pour 12 millions de francs, et depuis, il n'a pas quitté la formation Galicienne. A chaque fin d'été le Real est sur les rangs pour engager l'ancien Wydadi. Durant l'été 1999, le Real est encore sur l'affaire, mais le transfert d'Anelka a coûté trop cher au club, ce qui les ne leur pertmettra pas de mettre le prix. C'est finalement le plus grand club au monde, Manchester United, qui se met sur les rangs et propose la somme de 8.5 millions de Dollars, mais le Deportivo en voulais plus pour son joueur fétiche.
Naybet ne le regrettera pas d'être resté, puisqu'il gagne le championnat d'éspagne avec le Deportivo La Corogne, le premier et seul titre de champion d'Espagne pour un marocain. L'ancien Wydadi finira très probablement sa carrière au dépor, puisqu'il a signé récemment à 31 ans un nouveau contrat de 4 ans.
Hadji
Mustapha Hadji est sans doute l'un des joueurs africains les plus brillants des années 90. Il est né à Ifrane et il a commencé sa carrière à Nancy en 1992, et il a rejoint la sélection nationale pour la première fois en 1994 pour un match très important contre l'équipe Zambienne comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde de football USA'94. Mustapha Hadji a attiré l'attention sur lui dès le son premier match en montant un jeu de qualité et des capacités très prometteuses.
Mustapha Hadji
Il a participé avec l'équipe nationale en tant que titulaire pendant les phases finales de la coupe du monde en 1994, et il a su se distinguer malgré la mauvaise prestation du onze Marocain, ce qui a suscité l'intérêt des grands clubs Européens. Il a rejoint Benfica au Portugal, puis il a signer pour Deportivo la Corogne.
Ses capacités et son talent lui ont permis de briller pendant le mondial Français en 1998 avec l'équipe Nationale. Il a marqué un très joli but contre la Norvège qui lui a valu un contrat de 5.5 millions de dollars chez le club de Coventry city.
Hadji a su se distinguer dans tous les match qu'il a joué avec l'équipe nationale, ce qui lui a valu le respect de ses coéquipiers et de ses adversaires et l'amour de son public.
Il a gagné le ballon d'or Africain en 1998 pour devenir le quatrième joueur Marocain à obtenir cette distinction continentale après Faras, Timoumi et Zaki.


Bibliographie
Les Lions de l'Atlas, football au Maroc, Edition Lak International 1994.

Commentaires

  1. Bonjour
    J'ai le mien votre site Web www.maroc-football.com consulté et trouvé un message utile sur https://www.maroc-football.com/2011/11/finale-de-la-coupe-de-la-caf-le-mas.html . Je peux également écrire des articles informatifs avec une URL qui attirera encore plus de lecteurs (visiteurs) sur votre site Web. JE VOUS PAYERAI lorsque vous publierez ce contenu sur votre site Web.
    Veuillez me faire savoir quelles sont les options de tarification disponibles.
    Merci d'avance
    anto desouza

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Merci d'ajouter votre commentaire ici

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le