Accéder au contenu principal

Luis Oscar Fullone candidat au poste de sélectionneur du Maroc

Source : Al bayane

oscarL’entraîneur argentin Luis Oscar Fullone est intéressé par l’intérim à la tête de l’équipe du Maroc de football, pour la suite des éliminatoires combinées Coupe du Monde et Coupe d’Afrique des Nations 2010.

Oscar a roulé sa bosse dans la Planète Foot, en Espagne, où il a vu jouer la Perle Noire Larbi Benbarek, en Angleterre et ailleurs, dans le monde hispano-anglo-saxon, avant de venir en Afrique.


Après le Raja en Coupe du monde, pourquoi pas le Maroc ?


Son palmarès parle pour lui, que ce soit en Côte d’Ivoire, où il a influencé un jeune gardien reconverti au métier d’entraîneur, le Français Philippe Troussier, aux pays du Golfe, au Maroc, au Raja et au Wydad, sans oublier le MAS, en Algérie et en Tunisie…


Son meilleur exploit, il l’a réussi avec le Raja, vainqueur de la Champions League d’Afrique et qualifié en première Coupe du monde des clubs champions.


Oscar n’ira pas au Brésil, pour la Coupe du monde, mais il chargera Fethi Jamal de la mission d’entraîneur, en prenant contact avec lui, au quotidien, par téléphone !


L’équipe formée de jeunes talents, a tapé dans l’œil de Joseph Sepp Blatter, fraîchement débarqué président de la FIFA qui lancera une formule qui fera mouche, en prenant exemple sur le Raja : «Avec cette équipe du Raja, qui a tenu tête au Real Madrid, on peut dire qu’il n’y a plus de petites et de grandes équipes, toutes les équipes s’égalent.»


Luis Oscar Fullone est un pur produit du football argentin, qui a un côté secret pour ne pas dire invisible, qu’on retrouve dans l’œuvre du grand écrivain Luis Borges.


Oscar l’aime beaucoup et le cite à satiété, comme témoin du côté noir et du subconscient qu’on peut tirer d’un joueur de football, n’importe quel joueur, pourvu qu’il soit affecté de «la passion foot».


Spécialiste de science de l’éducation, il en a retenu le côté psychologique, adapté au football.


Oscar prend toujours de gros risques, en faisant confiance aux jeunes, sans rompre avec les anciens.


L’équipe nationale a mal à son mental


Pour lui, la crise de l’équipe du Maroc ne réside pas dans les mauvais résultats et l’accumulation des sous-prestations par les Lions de l’Atlas, mais elle est due à une crise de confiance, avec des joueurs qui ont mal au mental.


Oscar n’aime pas l’école française, qui hisse l’entraîneur au rôle de «dictateur», avec un Roger Lemerre qui a poussé l’affront jusqu’à rejeter toute communication avec l’environnement footballistique, les médias et aussi et surtout les joueurs !


Roger Lemerre a fini par créer des clans et détruire le groupe !


«Pourtant, ce sont les joueurs qui qualifient ou non une équipe, c’est à eux de réussir», dit Oscar qui ne comprend pas qu’on ait marginalisé les Karkouri, Safri et autres locomotives du football comme l’est un Naybet, par exemple.


On a fini par créer une mauvaise ambiance au sein de l’équipe et l’entraîneur a fini par se mettre à la marge, sans aucune influence réelle sur les joueurs, dont Roger Lemerre ignore l’histoire (footballistique), les traditions et la culture.


Oscar, lui, s’est toujours intégré dans son environnement, en respectant les joueurs, en allant dans leurs foyers, en prenant contact avec les parents dont il fait des amis, en n’hésitant pas à visiter les bidonvilles et à y partager le thé avec les amis de quartier des joueurs.


Même Taika, la serveuse de thé au Raja, généralement ignorée par certains dirigeants est interpellée par son prénom et tout le temps remerciée pour son œuvre et son thé succulent.


Borges aurait dit à son propos, dans un beau conte noir : «Elle vous sert du thé, elle peut vous servir du poison…» !


La culture du gri-gri pour battre le gri-gri


Au Ghana, avec le WAC en finale de la Coupe des Coupes, dernière édition, il avait réussi à déstabiliser tout l’Ashanté Kotoko et ses milliers de supporters, en allant voir un magicien pour jeter un mauvais sort sur l’équipe locale et désamorcer l’effet du gri-gri auquel s’adonnent en principe les animateur du football en Afrique Noire.


Oscar a agi en ethnologue et c’est on ne peut plus normal, car il faut jouer les coutumes et les traditions, ne serait-ce que parce que cela a de l’effet sur le mental et l’imaginaire collectif.


En football, on a beau rationaliser, la passion finit toujours par avoir le dernier mot, y compris dans le cas d’Oscar, qui perd les pédales quand il est sur les nerfs et on l’a vu se faire boxer et envoyer au tapis, K.O par l’un des gardes Slim Chiboub, quand il avait battu l’Espérance.


Il avait osé parler de…«dictature», un mot figurant en bonne place sur la liste des produits prohibés à l’importation, en Tunisie !


Luis Oscar Fullone va-t-il assumer l’intérim, pour une courte période où on va surtout parler de mental, beaucoup plus que de football, car on n’a rien à apprendre aux joueurs sélectionnés, car tous sont bons et l’ont prouvé au sein de championnats parmi les plus relevés, à l’image de Mounir Hamdaoui, premier buteur à l’AZ Alkmaar en Hollande et qui a été l’auteur d’une prestation plus que minable contre le Togo.


Fallait-il pour autant le sacrifier à la vox populi, par un entraîneur qui n’en a pas détecté les véritables potentialités, en dehors de son statut de premier buteur ailleurs.


Il y a la fatigue physique, certes, mais il y a le mental et on n’est pas prêt d’oublier Mounir Hamdaoui jeter son maillot comme pour se défaire d’un objet encombrant, au lieu d’y voir une récompense et un aboutissement.


Cette cassure est d’ordre psychologique et peut-être que tout le monde l’a vu, sauf le dictateur, heureusement reparti suite à une séparation à l’amiable !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

35 joueurs présélectionnés en prévision du match amical Maroc-Congo

Source : MAP La Fédération royale marocaine de football a convoqué 35 joueurs pour un stage de présélection, en prévision du match amical devant opposer le Maroc au Congo le 12 août prochain au complexe sportif Moulay Abdellah de Rabat. De nouveaux noms ont été retenus dans cette liste des présélectionnés à savoir Brahim Nakkach (FAR Rabat), Adil Fahim (Moghreb Fès), Younes Kaboul (Portsmouth/Anglettere), Mehdi Amine El Moutaqui (Clerment Foot/France). Cette liste marque aussi le retour de Abderrahmane Kabous (Real Murcia/Espagne), Jaouad Zairi (Olympiakos Le Pirée /Grèce) et Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech). Le match Maroc-Congo entre dans le cadre de la préparation des Lions de l'Atlas au prochain match de qualifications Coupe d'Afrique des nations/Mondial 2010. La liste des joueurs présélectionnés:. 01-Nadir Lamiaghri (Wydad Casablanca/Maroc). 02-Karim Fegrouche (Wydad Casablanca/Maroc). 03-Brahim Zaari (FC Den Bosch/Pays-Bas). 04-Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech/M

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le