Accéder au contenu principal

Abdeslam Ouaddou choisit la stabilité familiale

Source : Football365.fr

Le défenseur marocain Abdes Ouaddou ne pensait passer que six mois à Valenciennes. Mais séduit par le club et ses valeurs, il a repoussé des offres allemandes pour signer un nouveau bail de trois ans.


Abdes Ouaddou, en fin de contrat, vous avez décidé de rempiler à Valenciennes malgré des offres concurrentes. Pourquoi ce choix ?
J’avais signé six mois au départ, car quand j’ai quitté l’Olympiakos, j’avais déjà des opportunités à l’étranger. Je savais qu’en faisant six mois à valenciennes, j’aurais toujours ces opportunités. Dans ma tête, je faisais six mois et je repartais, soit en France, soit ailleurs. Et puis, nous nous sommes très bien adaptés, tout s’est bien passé et on a décidé de rempiler. La stabilité de ma famille, l’accueil reçu de la part du club et le discours honnête du coach m’a poussé à accepter la proposition de Valenciennes alors que j’avais des propositions à l’étranger. Mais si c’est pour partir à l’étranger et que ça ne se passe pas très bien…


Des clubs allemands importants notamment souhaitaient votre venue ?
Les touches que j’avais, c’était en Allemagne. J’ai vraiment étudié le truc car à 28 ans ça pouvait être un beau challenge, d’autant que c’était des clubs importants. Mais lors d’une petite réunion familiale, on a pesé le pour et le contre. Après ce qu’il s’est passé en Grèce, on a décidé de continuer à Valenciennes où il y a un beau challenge sportif aussi : pérenniser le club en L1, ce qui n’est pas facile car les clubs font souvent le yo-yo. C’est donc un challenge intéressant. Si on peut faire retrouver de la stabilité à VA, ça serait super. C’est pour cela que j’ai signé pour trois ans : c’était une façon de montrer que c’est du long terme.


Valenciennes va se développer avec le nouveau stade…
Ça aussi ça m’a séduit. Un nouveau stade, c’est plaisant. De l’autre côté, j’aurais aimé jouer la Coupe d’Europe comme à Rennes. Mais ici, à défaut d’Europe, il y a le public qui vient. A Sedan, j’étais surpris de voir autant de supporters valenciennois. Ça faisait longtemps que je n’avais pas vu ça en France. A l’Olympiakos, c’était autre chose, puisque nos supporters se déplaçaient jusqu’en Russie.


Justement après l’Olympiakos où la vie était difficile, cette chaleur humaine vous a-t-elle poussé à rester ?
Franchement, on en parlait avec ma femme dernièrement : quand on est arrivé, j’ai dit qu’on allait essayer de tenir bon pour six mois. Quand j’ai signé ici, le coach m’a dit : « Les gens disent qu’ici, tu pleures une fois quand tu arrives et une autre fois quand tu pars. » Je n’y croyais pas. Et finalement, on s’est attaché. C’est la première fois que je vois des gens aussi attachants. Ici, il y a un échange avec les supporters : on se sert la main le matin, c’est très familial. C’est très important pour moi car ce sont des valeurs qui se perdent. Le football dans le Nord, ça compte beaucoup.


Vous avez ce recul grâce à votre expérience, mais les plus jeunes du groupe, qui sont sollicités peuvent-ils avoir votre démarche et refuser de partir ? Pour réussir la deuxième saison, il vaudrait mieux éviter que les meilleurs joueurs s’en aillent…


Ça serait bien de rester tous ensemble avec quelques renforts. Si le renforcement de l’équipe peut permettre de stabiliser le club, tant mieux. La dernière fois, on discutait de cela avec le jeune Guillaume Rippert qui vient de faire une très bonne saison. Il voulait savoir si je voulais rester. S’il pose des questions, c’est qu’il aimerait bien que certains joueurs comme moi ou Steve Savidan restent. Pour Steve, ce n’est pas évident, car il a été meilleur buteur une bonne partie de la saison. Il doit avoir des propositions, comme Rudy Mater. Si on peut garder notre base solide et recruter quelques joueurs, ça peut être bien pour le club et la ville.


Ce club se développe comme la ville : pouvoir présenter une équipe avec des Penneteau ou des Ouaddou, ça montre qu’il y a une réelle volonté de développement pour ne plus être un petit club…


A nous durant les trois ans à venir de nous faire respecter dans le milieu en créant une petite touche VA, en pérennisant le club en L1. Nous devons attirer le respect grâce à nos résultats. C’est ce que fait Lens tous les ans. Il faut se servir des clubs comme Lille et Lens comme exemple pour obtenir le respect et qu’un jour, si un club doit descendre, on ne dise plus il vaut mieux que ça soit Valenciennes qu’un autre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le