Accéder au contenu principal

Maroc-Rwanda ce samedi : On jouera le goal-avérage

Source : L'opinion

La défaite est orpheline ! On n’attendra pas longtemps pour entendre des tas de remarques qui mettent le sélectionneur national dans le collimateur. Certains ne ménagent aucun effort pour sortir leurs couteaux et faire descendre la vache meurtrie. On oublie pour autant que durant les dernières sorties du onze marocain, on avait su situer quelques remarques qui ne gênent pas dans un style de reproche amical.


Cependant, une certaine euphorie inconnue s’était emparée de certains, alors qu’après d’autres on avait relevé une fatigue morale très nette.


Seulement assurant à lui seul cette équipe de toute sa tactique et sa technique, voulant néanmoins faire passer un message codé, Fathi dévoilant haut et fort son dévouement et son intelligence pour vouloir créer une nouvelle identité à ce groupe Maroc, s’est fait piéger à Kigali par un Rwanda plus fort que prévu. On ne peut tout faire assumer à Jamal car les joueurs ont leur part de responsabilité puisque, parfois, ils ne savent point où se croisent leurs limites. Sur le penalty, un vrai professionnel n’aurait jamais essayer d’entrer dans la surface de réparation au moment du tir au but comme l’avait fait Alloudi... un penalty refait et raté et qui, s’il était réussi, aurait donné à la rencontre un nouveau tournant.


On avait relevé que des joueurs étaient harassés, épuisés, fatigués moralement plus que physiquement et cherchaient la porte du salut en évitant les vrais duels. Il est vrai que notre milieu ne suit plus et que la défense centrale n’est pas encore homogène mais c’est un risque qu’il fallait prendre n’ayant aucune autre alternative de rechange. Pour les meilleurs entraîneurs du monde on ne change jamais une équipe qui gagne ! Le vrai exemple nous a été venu d’Henri Michel face à la Guinée à la CAN 2008. L’ambition c’est concrétiser l’objectif atteint jusque-là devant l’Ethiopie et la Mauritanie.


Un test concluant qu’il fallait maîtriser aussi au Rwanda. Dans toute cette lancée, on avait découvert que le Rwanda était plus fort que nous, peut être ses joueurs avaient plein de matches dans leurs jambes, peut-être l’atmosphère leur était plus favorable ce jour-là, peut-être que leur coach avait bien étudié notre arsenal, peut-être même que le Rwanda voulait à tout prix prendre leçon sur le Maroc pour se faire un nom en Afrique à l’image des Iles Cap-Verts vainqueur ce dimanche, le Malawi qui crucifie l’Egypte, la Gambie qui gifle l’Algérie, le Burkina qui surclasse en résultats la Tunisie, le Ghana qui tombe à Libreville... autant de cris d’alerte qui doivent nous mettre devant le fait accompli pour qu’on comprenne finalement que le football africain vaut plus que l’on pense. La défaite devant le Rwanda ne nous étonnera guère, cela peut être logique chez un adversaire à plusieurs atouts.


Ce qui serait inacceptable c’est une quelconque déconvenue chez soi ! Alors là, on ne peut que crier haro sur le fautif ! Aujourd’hui, la défaite chez autrui doit rentrer dans nos mœurs. Elle fait partie de la logique du football actuel.


On a à comprendre, maintenant plus que jamais, que le football africain oublie peu à peu ses craintes et que nous autres, devront désormais cravacher dur pour ne plus subir pareils affronts.


On a toujours nos chances de revenir au poste de leader sachant pertinemment que le seul obstacle qui nous reste à franchir c’est le gool-average que nous devons soigner coûte que coûte pour être à l’abri de tout équivoque.


Qu’on oublie la débâcle de Kigali pour se concentrer davantage sur le Rwanda de ce samedi que nous avons le devoir absolu d’étriller pour se rassurer sur notre force et assurer un avantage moral sur notre adversaire pour la suite de la compétition qui sera très âpre et très disputée.


Alors ? Alors effaçons l’ardoise et écrivons une nouvelle formule pour notre équipe nationale... qu’on souhaite des plus remarquables !


Finalement pour parer à toute éventualité ? Fathi a tenu à faire appel à des éléments de milieu offensifs très doués en l’occurrence Madihi et Ajeddou, tout en renforçant l’attaque avec l’éternel El Moubarki. Aura-t-il finalement compris que tout aussi bien Safri que Kharja sont actuellement « hors zone » ? Espérons-le.


En tout état de cause Jamal a fait ce qu’il a pu en toute âme et conscience et ceux qui lui en voudront n’auront pas fait mieux... qu’on se le dise !

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le