Accéder au contenu principal

Coupe de la CAF : Le Raja tenu en chec par l'Espérance de Tunis

Source : Le Matin

Il n'y a pas pire situation pour un journaliste sportif que de devoir commenter une parodie de football livrée par deux protagonistes fantômes. Ce fut le cas pour le «sommet » ou encore « la finale avant la lettre » entre deux grands ogres à la fois maghrébins et africains. Un match qui aura finalement donné raison aux absents. Il s'est joué au Complexe Prince Moulay Abdallah à Rabat devant des gradins quasiment déserts.


A qui la faute ? Les index sont pointés vers les responsables de la programmation. Est-il vraiment sensé de programmer un tel match en plein été, en période de grandes vacances et de grosses chaleurs ? Non, bien évidemment.


Mais ce prétexte n'est pas suffisant. Les Rajaouis ne pouvaient nourrir de grandes ambitions en alignant une équipe de réserve. Les Tunisiens ne pouvaient obtenir meilleur résultat en optant pour une prudence trop exagérée. Cela accoucha fatalement d'une couleuvre trop dure à avaler par la poignée de spectateurs clairsemés dans le grand stade.


La partie n'était pas de tout repos face à l'équipe tunisienne fraîchement auréolée de son doublé (championnat et coupe) et renforcée par des internationaux et de grosses pointures africaines.


La différence entre les deux adversaires sera visible dès l'entame avec une meilleure occupation du terrain par l'EST en plus de son avantage physique et morphologique face aux jeunots casablancais.


Ces derniers ne pouvaient attaquer sans essuyer des rushes éclair. Les Marocains ont frôlé la catastrophe quand Yassine Erramch a taclé par derrière. Si le match se jouait à l'extérieur, le rouge aurait été inévitable. Le jeu individuel des Rajaouis, dont certains éléments tiraient des boulets de plomb, ne faisait que rassurer des visiteurs bien calme, trop même. Les Diables Verts réagissaient sporadiquement mais sans résultat palpable. Ils essayaient de lever le rythme mais encore leur fallait-il les moyens physiques de le maintenir.


La supériorité de la ligne médiane tunisienne n'était pas de nature à permettre aux coéquipiers de Saïd Fettah d'instaurer une quelconque maîtrise des débats. Bien au contraire, les Rajaouis étaient maintenus loin de la cage de Kasraoui. Le match se morfondait dans la monotonie et l'approximatif. Il a fallu attendre la 33e minute avant d'assister à la première opportunité de but à l'actif des Tunisiens. Ataba sauve.


Ce sera le déclic et les premiers cartons (Fofana, Ziad et Tabet). Mais le coup de sifflet viendra interrompre momentanément le duel.
De retour des vestiaires, on se tint mutuellement au cou. Le match promettait enfin car les deux coaches ayant lâché les brides. Au grand bonheur du public qui donnait finalement de la voix. Le sursaut ne sera qu'éphémère. Le match retomba dans sa torpeur.


On dégage comme on peut, on verse dans le petit jeu. Le jeune Fettah se dépensait aux côtés de Daoudi, en petite forme ce jour, mais leur labeur est annihilé par une ligne d'attaque biaisée par certains joueurs hors sujet. On nommera ici Mohcine Yajour qui n'est plus que l'ombre de lui-même, trop personnel et surtout trop maladroit.


Ce sera lui d'ailleurs qui dilapidera la première occasion de scorer créée par le Raja après… 56 min de jeu ! Face à l'impuissance des nôtres, les Tunisiens finirent par sortir davantage de leur réserve et placer des contres tranchants, donnant des sueurs froides au coach rajaoui, Oscar Fullone, qui se dépêcha d'effectuer des changements, question d'apporter de la fraîcheur à son team.


Mais les remplaçants, trop jeunes pour ce niveau de la compétition, ne pouvaient espérer tirer grand-chose face des bûcherons bien en jambes. Bien au contraire, la seule action de but qui suivra sera tunisienne. Ataba sauve in extremis face à Jabroune.


Une parité dans la nullité aura arrangé les deux adversaires mais certainement pas le public présent. Le match retour s'annonce malgré tout incertain pour les uns et les autres dans la mesure où les Tunisiens n'auront pas l'avantage de jouer contre des juniors puisque les nombreux titulaires rajaouis absents aujourd'hui, seront de service ce jour-là.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le