Accéder au contenu principal

M’barek Boussoufa fier d'être un lion de l'Atlas

Source : Liberation Ma

A vingt-deux printemps, l’international marocain, M’Barek Boussoufa s’est frayé une place de choix dans le championnat de première division belge, tout en étant une pièce incontournable dans la machine de la sélection marocaine.


Un attaquant vif, au jeu limpide et stylé, avec une marge de progression énorme. Avec son club d’Anderlecht, il bénéficie non seulement du statut de titulaire à part entière, mais se veut comme la vedette de l’équipe aucunement tentée par la grosse tête. Avec l’équipe nationale, il se met corps et âme au service du groupe, ce qui lui a valu le statut de coqueluche du public marocain.


Déniché par le sélectionneur, M’Hamed Fakhir, Boussoufa n’a pas hésité un instant à rejoindre le Onze national, délaissant l’offre néerlandaise. Faisant savoir à ce propos que «les choses étaient claires. Pas la moindre hésitation dans mon choix, parce que je suis fier de mes racines».


Si avec le prestigieux club d’Anderlecht, Boussoufa compte briller de mille feux sur la scène européenne, avec l’équipe nationale, l’objectif se veut double : une qualification à la CAN ghanéenne en 2008 et au Mondial sud-africain en 2010.


Dans l’entretien accordé à Libé, M’Barek Boussoufa évoque plusieurs points ayant trait, entre autres, à sa carrière professionnelle, à son parcours en équipe nationale, à ses objectifs tracés… Un tour d’horizon avec ce joueur talentueux originaire de Guelmim.


Quel est votre lien avec le football marocain?
Grâce à mon père, nous venions souvent passer les vacances dans le pays. Donc, nous avons gardé des liens étroits avec nos racines et nous en sommes fiers. Mon père est depuis toujours un supporter de l’équipe nationale, est cet amour pour le football marocain, a fait naître chez moi le rêve de porter les couleurs du Onze marocain. Ce rêve est devenu réalité depuis mai 2006, date de la rencontre amicale Maroc/Tunisie. Je suis à ma septième sortie avec la sélection nationale et je compte défendre les couleurs marocaines autant que je le pourrais que ce soit au niveau continental, ou international, avec comme grand objectif, le Mondial 2010 en Afrique du Sud.


Comment s’est passée votre intégration au sein de l’équipe nationale ?
C’est vrai, je suis considéré comme la nouvelle recrue de M’hamed Fakhir . Au sein de l’équipe il y avait des joueurs qui évoluent au championnat national, les locaux, et les autres qui viennent de championnats européen ou du Golfe. Mais, l’important, c’est que nous portons le même maillot et que nous ne ménagions aucun effort pour atteindre notre objectif. Il existe une cohésion et entente parfaite entre les joueurs, le staff technique et les accompagnateurs qui nous facilitent la tâche.


Vous n’étiez-tenté que par la sélection marocaine ?
J’ai opté pour venir jouer avec l’équipe nationale marocaine alors que j’avais le choix de porter les couleurs néerlandaises. Pas la moindre hésitation dans mon choix parce que je suis fier de mes racines. Je suis très ému d’avoir trouvé une popularité chez les jeunes marocains et aussi l’intérêt que m’a accordé la presse sportive marocaine. L’équipe nationale est une fierté pour tout joueur.


Ce que je souhaite, c’est d’aller davantage de l’avant avec mes partenaires afin d’assurer notre double qualification au Mondial et à la CAN et de pouvoir hisser haut le drapeau national.


Qu’en est-il de votre parcours avec le club d’Anderlecht surtout après avoir été sacré meilleur joueur du championnat belge ?
Avec Anderlecht, tous les espoirs restent permis. C’est un grand club quasi présent sur la scène européenne. L’occasion pour moi de faire valoir mon savoir-faire et de contribuer avec mes coéquipiers dans la conquête des titres et des distinctions aussi bien sur le plan local que continental. Quant au sacre que j’ai reçu, je suis très fier et je ne compte pas m’arrêter à ce niveau. Je ne suis qu’au début de ma carrière professionnelle et je suis décidé à la réussir que ce soit avec mon club ou avec l’équipe nationale.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le