Accéder au contenu principal

Vent de déprime sur le football national

Source : L'opinion


BOTOLAC'est comme qui dirait qu'un vent de déprime souffle sur le football national. Sans parler de notre équipe nationale senior à la dérive, on ne peut qu'être consterné par le niveau de notre championnat national et ce foisonnement de zéros partout devenus une spécialité locale. Six petits buts durant tout un week-end et par un temps printanier, c'est faible et, hélas ! continuel. On croirait que nos entraîneurs n'ont qu'une stratégie en tête, se mettre toujours sur la défensive. Maintenant, les amateurs commencent à parier sur le nombre de minutes (en fait, une éternité) que passeront les FAR sans marquer un but, si le KAC est-il capable de supporter une seule année en première division et de cesser de faire l'ascenseur, si nombre d'équipes persisteront-elles à construire un mur de Berlin à la place d'une défense, ou encore se demander pourquoi Hamdaoui marque contre l'Ajax d'Amsterdam et pas contre un pays africain très mal classé, pourquoi des équipes relativement riches importent des coaches étrangers à la pelle et à coups de millions et pas de joueurs renommés pouvant mieux animer nos pelouses désertes, etc.



Le football marocain est riche en argent mais pas rentable en spectacle. Il partage cette particularité avec le septième Art. Contrairement à ce que croient des commentateurs, notre cinéma est loin de plafonner. Il évolue, certes, mais tout est relatif. On ne cesse de comparer la passé cinématographique avec le présent, tout en oubliant que cela se résume à quelques années ! Le nombre de longs et courts-métrages répertoriés chaque année approche de celui de buts marqués dans notre championnat de foot ou de médailles ramassées dans l'olympisme. Il n'y a pas de quoi jubiler ni de pavoiser. Par rapport à d'autres pays lointains, nous sommes à la traîne, en queue de peloton. Et ce malgré les milliards distribués par le Centre Cinématographique Marocain et l'Etat, malgré la multiplicité des festivals, malgré cette énorme opportunité qu'offre la cineccita de Ouarzazate, malgré l'inépuisable inspiration culturelle et artistique que notre pays permet aux étrangers de s'émanciper et pas aux nôtres, malgré la disponibilité du public à encourager et demander à consommer marocain



Cette faiblesse de rendement par rapport aux budgets consentis a pour conséquence qu'on continue à parler d'un film (l'exemple de Casanegra) des années après sa sortie ou encore qu'un film marocain investit la salle du 7ème Art à Rabat pendant de longues semaines, non pas grâce à son exceptionnelle réussite mais bien à cause d'un bilan déficitaire. La chute ininterrompue et fatale des salles obscures en est un indice frappant, flagrant. A vrai dire, nos cinéastes n'ont jamais soufflé mot sur le drame des salles fermées faute de spectateurs, cela bien avant l'émergence des DVD, se contentant d'engranger les millions du CCM et de l'Etat. Si on ne peut que se féliciter de la politique du CCM au niveau de la subvention financière du cinéma, on peut aussi marquer notre déception quant au bilan international de ce même cinéma. Ceci explique la présence insignifiante de notre cinéma dans les grands événements mondiaux.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

35 joueurs présélectionnés en prévision du match amical Maroc-Congo

Source : MAP La Fédération royale marocaine de football a convoqué 35 joueurs pour un stage de présélection, en prévision du match amical devant opposer le Maroc au Congo le 12 août prochain au complexe sportif Moulay Abdellah de Rabat. De nouveaux noms ont été retenus dans cette liste des présélectionnés à savoir Brahim Nakkach (FAR Rabat), Adil Fahim (Moghreb Fès), Younes Kaboul (Portsmouth/Anglettere), Mehdi Amine El Moutaqui (Clerment Foot/France). Cette liste marque aussi le retour de Abderrahmane Kabous (Real Murcia/Espagne), Jaouad Zairi (Olympiakos Le Pirée /Grèce) et Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech). Le match Maroc-Congo entre dans le cadre de la préparation des Lions de l'Atlas au prochain match de qualifications Coupe d'Afrique des nations/Mondial 2010. La liste des joueurs présélectionnés:. 01-Nadir Lamiaghri (Wydad Casablanca/Maroc). 02-Karim Fegrouche (Wydad Casablanca/Maroc). 03-Brahim Zaari (FC Den Bosch/Pays-Bas). 04-Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech/M

Hassan Shehata au Maroc

Source : L'opinion On peut trouver agaçant, et on aura raison, cette manie qui ont certains de demander à tous les techniciens qu'ils rencontrent s'ils seraient prêts à venir au Maroc pour " s'occuper " de l'équipe nationale. Ainsi Hassan Shehata, le coach égyptien, trois fois champions d'Afrique et qui vient de prolonger, jusqu'en 2014, son contrat avec la fédération de son pays, qui répond " qu'il serait prêt à entraîner le onze national marocain ". Ah bon Est-ce que la FRMF est intéressée Elle ne l'a jamais dit Alors de quoi parle-t-on On a l'impression que le Maroc est devenu un pays sans ressources, sans forces propres, sans mémoire et qu'il est là à solliciter qu'on veuille bien venir le tirer d'affaire. C'est regrettable et dommageable pour l'image de marque de notre football. Et puis Hassan Shehata réussirait-il au Maroc Pas sûr même s'il reste poli et mesuré avec tous les interv