Accéder au contenu principal

L’herbe artificielle enfume le foot marocain

Source : Le journal

Larbi Bencheikh fait encore parler de lui. Dans le cadre de la passation du marché du gazon artificiel, le secrétaire général de la Fédération royale marocaine de football est soupçonné d’avoir concocté un cahier de charges sur mesure. Récit.


Larbi Bencheikh, celui à qui le général Hosni Benslimane a fait appel pour sauver le football national et l’aider à opérer sa mise à niveau, est aujourd’hui au centre d’une grande polémique. Directeur de l’Office de la formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT) et surtout spécialiste des appels d’offres “recalés”, Larbi Bencheikh a été coopté, le 20 avril 2006, par l’homme fort du régime au poste de secrétaire général de la Fédération royale marocaine de football (FRMF).


Il a également été désigné président de la commission des études, du suivi des réformes et des infrastructures, la plus importante de la FRMF avec un grand enjeu financier (la restructuration du football national devrait coûter la bagatelle de 960 millions de Dhs).


Il faut dire que Larbi Bencheikh, étranger au monde du foot, est réputé pour ses talents “très contestés” pour gérer les grands chantiers. Ses passages, notamment à la direction des ports au ministère de l’Equipement, à l’Ecole Hassania des travaux publics et plus récemment à l’OFPPT ont été émaillés par des accusations d’appel d’offres «arrangé». Et c’est avec cette réputation qu’il a lancé un appel d’offres en août dernier pour l’équipement en gazon synthétique des pelouses de six stades du royaume. Intéressée par ce marché, une compagnie canadienne a envoyé des lettres de protestation au Premier ministre et au ministre de l’Equipement pour attirer leur attention sur les “erreurs” et les lacunes que présente l’appel d’offres de la FRMF. Une lettre envoyée à Driss Jettou par cette firme nord-américaine appelle le Maroc “à respecter les normes internationales telles qu’elles sont définies par la FIFA”.


Il faut dire que le cahier de charges concocté par Larbi Bencheikh, avec l’aide d’un bureau d’études français du nom d’Osmose, pose problème. Il exclut d’emblée les compagnies qui fabriquent le gazon artificiel de la catégorie dite lestée (ou chargée) à postuler pour ce marché. «On appellera revêtement pour le gazon synthétique, au titre des exigences exprimées par le présent C.C.T.P, le système constitué d’une couche de souplesse éventuelle et d’un gazon synthétique vert non chargé», lit-on dans le cahier de charges.
Or la FIFA conseille et crédite plutôt le gazon artificiel lesté, largement utilisé et apprécié à travers le monde.


Larbi Bencheikh, qui se dit lui-même être profane en la matière, n’hésiste pas à déclarer le 8 septembre au quotidien le «Matin du Sahara» que le gazon lesté est nocif l’environnement et dégage une odeur nauséabonde sous l’effet de la chaleur.


Argument qui ne laisse pas d’intriguer lorsqu’on sait que la liste des clubs européens de football qui s'entraînent et jouent actuellement sur ce type d’herbe non lestée comprend Chelsea, Arsenal, Liverpool, Werder Bremen et FC Barcelone. Plusieurs clubs en Arabie Saoudite et au Qatar utilisent le même type de gazon.


Cependant, l’utilisation du gazon synthétique non lesté est relativement restreinte et sa notoriété reste à établir. «Nous sommes des profanes dans ce domaine et nous avons confié à un expert en la matière le soin de nous conseiller le bon produit. Je ne comprends pas pourquoi certains parlent d’un cahier de charges orienté. En tout cas, nous essayons de faire de notre mieux….», se défend Larbi Bencheikh. Or à Osmose, on nous affirme que c’est le client (le secrétaire général de la FRMF) qui a opté pour le gazon non lesté et que leur bureau n’a fait que se plier à ses exigences. Qui ment dans cette histoire ?


Incommodé par le parfum du scandale, le général Benslimane ordonne à Larbi Bencheikh de reporter au 12 octobre la date de l’ouverture des plis initialement fixée au 22 septembre 2006.


Les responsables d’Osmose confirment au ministre de l’Equipement, lors d’une rencontre tenue à Rabat le 25 septembre, que l’idée du gazon artificiel non lesté ne vient pas d’eux mais de Larbi Bencheikh lui-même. Après concertations avec ses proches collaborateurs, Karim Ghellab demande au cabinet Osmose de revoir le cahier de charges de sorte que même les fabricants du gazon synthétique lesté puissent postuler à l’appel d’offres. Le 29 septembre une nouvelle copie est fin prête. Il faut alors lancer un nouvel appel d’offres international.


Dans la précipitation, la FRMF place deux annonces dans ce sens dans deux journaux nationaux.


Le 4 octobre, une séance d’information est tenue au siège de la FRMF. Visiblement écarté de cette opération, Larbi Bencheikh était encore une fois absent lors de cette réunion comme d’ailleurs, et depuis le début, le bureau fédéral de la FRMF.


Abdellah Bouhouche, directeur des équipements publics au ministère de l’Equipement, a présenté le nouveau cahier de charges aux représentants des compagnies intéressées par ce marché. Ces derniers n’ont pas manqué de pointer du doigt les erreurs techniques que présente toujours ce dossier. Certains ont soulevé l’absence inexpliquée du bureau d’études Osmose, responsable techniquement de ce cahier de charges. Face à l’insistance des représentants des compagnies, Abdellah Bouhouche a décidé de reporter la date du dépôt des dossiers au 16 octobre au lieu du 9 du même mois. La date de l’ouverture des plis a été, elle aussi, reportée au 19 octobre. «Ce qu’a fait le secrétaire général de la FRMF est inadmissible. Il a mis sur pied un appel d’offres entièrement biaisé. Et on ne voit pas comment il va chapeauter le chantier de la mise à niveau du foot…», nous confie un membre fédéral sous le sceau de l’anonymat.


Ainsi, Larbi Bencheikh est encore une fois objet de soupçon. Il y a deux ans, Hassan Chami, l’ancien patron de la CGEM, avait officieusement demandé son départ de l’OFPPT suite au scandale des détournements des fonds de la formation continue. Même son ministre de tutelle de l’époque, Saïd Oulbacha, n’avait pas hésité à se plaindre de Larbi Bencheikh auprès de Driss Jettou. Dans une lettre envoyée au Premier ministre, le secrétaire d’Etat chargé de la formation professionnelle avait alors dénoncé le blocage par le directeur de l’OFPPT d’un projet financé par le Canada à hauteur de 70 millions de dirhams. Saïd Oulbacha avait également accusé Larbi Bencheikh de grave insuffisance de gestion du projet Meda1 doté d’une enveloppe de 400 millions de dirhams. En 2000, alors directeur des ports au ministère de l’Equipement, Larbi Bencheikh était au centre d’une autre affaire d’appel d’offres pour des travaux de confortement de la jetée principale du port de Nador. L’enquête de la brigade nationale de la police judiciaire a conclu qu’il y avait bel et bien “faux et usage de faux sur un marché public avec concurrence déloyale vis-à-vis d’autres concurrents et ce dans l’objectif de s’enrichir par dilapidation des deniers de l’Etat”. Curieusement, ce dossier sera classé. La liste des opérations de passation des marchés contestées où l’on trouve le nom de Larbi Bencheikh n’est pas exhaustive. Elle est aujourd’hui enrichie de cette affaire du gazon artificiel.


Le général Hosni Benslimane va-t-il soutenir, contre vents et marées, Larbi Bencheikh ou se décidera-t-il à le lâcher ? Ou ses mentors, Meziane Belfkih, qui lui a rendu visite il y a quelques jours, et Hamidou Laânigri, “déporté” chez les mrouds, vont-ils le faire sortir, encore une fois, de ce pétrin comme ils l’ont déjà fait dans le passé ?


Une chose est maintenant sûre. La mise à niveau du football au Maroc semble davantage compromise. Le contrat-programme signé entre le gouvernement et la FRMF en 2005 est vidé de son sens. Les joueurs marocains devront continuer à pratiquer ce sport populaire dans des terrains impraticables.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le