Accéder au contenu principal

Zoom sur une association de supporters

Source : telquel

“Rouge et blanc”, l'association des supporters du Wydad, est la plus active au Maroc. Ses animations fantaisistes, le nombre de ses adhérents comme ses finances en bonne santé en font un modèle pour des rivales moins bien loties.



Ce samedi midi, les abords du stade Père Jégo, au quartier Oasis à Casablanca, sont bien calmes. Rien ne laisse présager qu'un match de première division aura lieu dans quelques heures dans ce stade mythique du RAC. Les forces de l'ordre, encore peu nombreuses, commencent à peine à s'installer. Même le public se fait désirer ce jour-là. Beaucoup ont probablement opté pour une grasse matinée, plutôt que de s'infliger un spectacle à la qualité incertaine.


Ce n'est pas le cas de la dizaine de membres de “Rouge et blanc”, l'association des supporters du WAC. Depuis neuf heures du matin, ils travaillent d'arrache-pied à la préparation du terrain : les banderoles ont été déroulées puis laborieusement fixées au grillage entourant la pelouse et le programme d'animation, prévu pour la rencontre, revu dans ses moindres détails.


“Et encore, on n'a pas sorti la grosse artillerie. Le public est moins réactif durant le ramadan et le Père Jégo ne se prête pas vraiment à des animations d'envergure”, signale Youssef Moumile, depuis 2005 à la tête de l'association des supporters du WAC. Le regroupement de supporters le plus actif du pays est l'un des plus importants d'Afrique, et a réussi à atteindre ce statut en l'espace de quelques années d'existence.


Genèse d'un mouvement
L'histoire commence en mai 2000, lorsqu'un groupe d'aficionados du WAC crée “Rouge et blanc”, s'inspirant des fameux tifosi qui écument les stades italiens. Objectif: souscrire à une devise toute simple : être toujours derrière son équipe, quelles que soient ses performances. “Le public marocain a la fâcheuse manie de bouder son équipe lorsqu'elle traverse une mauvaise passe, alors que c'est à ce moment bien précis qu'elle a le plus besoin de lui”, souligne un des fondateurs.


Et puis, comme ce qui se fait dans le Calcio, référence des références, il n'est plus question de supporter son équipe n'importe comment ! “Créer cette ambiance festive où le spectateur devient acteur, c'est une manière d'encourager efficacement notre équipe, mais aussi d'attirer plus de monde dans nos stades”, explique Moumile.


Et le résultat vaut le détour. Celui du virage nord du complexe Mohammed V, QG des supporters de l'association affectueusement baptisé “Frimija”. Une appellation qu'on retrouve sur les maillots des supporters et dont l'origine remonte aux années quatre-vingt. À l'époque, un groupe de supporters wydadis particulièrement actifs s'installait au centre de la “pelouse” (tribune non couverte), juste en-dessous du bâtiment de presse, dont la forme triangulaire rappelle une portion de “La vache qui rit”. Imaginatifs, les Wydadis...


Supporter, c'est du boulot Mine de rien, animer un match de foot n'est pas une partie de plaisir. C'est un travail en coulisses qui débute des jours, voire des semaines, avant le match. Ainsi, la préparation du derby contre le frère ennemi rajaoui nécessite quelque 45 jours. Un délai juste suffisant pour fixer le budget (qui peut s'élever jusqu'à 50T000 DH), imaginer de nouvelles animations et de nouveaux chants, acquérir le matériel nécessaire (tissus, tee-shirts, gadgets…), faire confectionner des bâches qui peuvent mesurer jusqu'à cent mètres carrés…


Plus sensible est le rôle de chef d'orchestre, celui d'encadreur des supporters. Un travail rendu encore plus difficile par l'indiscipline manifeste de la majorité du public. “Vous avez ceux qui lancent des fumigènes sur le terrain, ou encore ceux qui se mettent à déchirer les banderoles que nous faisons défiler…”, déplore ce membre de Rouge et blanc. Et puis il y a les autorités, avec lesquelles les relations ne sont pas toujours bonnes. “Parfois, elles foutent en l'air nos animations, en interdisant, sans véritable motif, l'entrée de notre matériel dans les stades. Il arrive aussi, lors de nos déplacements, qu'elles nous lâchent en pâture au public des locaux, alors qu'elles sont censées assurer notre sécurité”, s'indigne Moumile.


Et pour ne rien arranger, les associations se sont vu pointer du doigt avec la récente recrudescence des actes de vandalisme et de hooliganisme qu'a connus le pays. “Ceux qui affirment que nous avons le pouvoir d'encadrer tout le monde n'ont, au mieux, rien compris. Au pire, ils cherchent juste des boucs émissaires pour se dégager de leur responsabilité. Jusqu'à nouvel ordre, c'est aux forces de l'ordre de faire leur travail”, ajoute Moumile. Pour cet autre supporter, il y a également un problème de formation : “Ni les responsables d'associations, ni les autorités ne sont formés pour gérer au mieux ce phénomène. En France, par exemple, il existe des programmes de 'fan coaching' dont les résultats sont édifiants”.


De l'argent ? non merci...
Cependant, les relations entre Rouge et blanc et les fans du club casablancais ne s'arrêtent pas aux portes des stades. L'association s'est également taillée une place dans le cyberespace, via deux des sites Internet les plus visités du pays. Il s'agit de wydad.com, site dédié au club (annonçant 10T000 visites par jour), et de frimija.com, qui retracent au jour le jour toute l'actualité concernant les supporters : animations, calendrier des déplacements, enregistrements audio des chants… Rouge et blanc pousse la coquetterie multimédia jusqu'à gérer une radio Internet qui émet deux fois par semaine, tout à la gloire du WAC. Et comme le veut la vogue, Rouge et blanc se veut également association citoyenne, offrant matériel sportif et tickets gratuits à des dizaines d'enfants démunis.


Bien évidemment, autant d'activités nécessite un financement. Et contrairement à la majorité des associations de supporters au Maroc, Rouge et blanc se porte bien. Très bien même. Le budget de la saison passée, se montant à 360T000 DH, est là pour le confirmer. Il provient surtout des produits dérivés (écharpes, bonnets, drapeaux…) et des cotisations (350 DH par tête) des membres. Au nombre de 600, ces derniers sont répartis à travers le Maroc, mais aussi en Europe et en Amérique du Nord, où l'association a des antennes. Sans oublier l'apport considérable des mécènes inconditionnels du WAC. “Rouge et blanc est la seule association qui peut réunir facilement 100T000 DH, avec juste quelques coups de fil”, nous apprend ce membre du comité du club.


Les caisses sont apparemment si garnies que l'association s'est permis de ne pas gagner d'argent sur les ventes du fameux maillot “Frimija”, vendu au prix coûtant et écoulé quand même à 4T000 exemplaires ! Qu'en pensent les dirigeants du Wydad qui, jusqu'à présent, n'ont toujours pas songé ouvrir la manne du merchandising ?



Supporters. Le Raja, les FAR… et les autres


Depuis quelques années, les associations de supporters poussent comme des champignons. Pratiquement toutes les équipes de l'élite en ont une, voire plusieurs. Mais seule une petite poignée s'avère réellement active sur le terrain. Ainsi, l'association Dima Dima Raja, dédiée au club casablancais, est aujourd'hui en stand by, après avoir fait des merveilles depuis sa création en 2004. “Nous sommes en pleine réorganisation pour repartir sur des bases plus solides”, argumente son président Ahmed Assalih. Ce n'est pas le cas des supporters des FAR. Leur groupement, dénommé “Ultra Askari”, a beau ne pas bénéficier du statut d'association (nature militaire du club oblige), il s'illustre avec ferveur (et parfois violence) dans les gradins. Quant aux autres associations, handicapées par le manque de moyens, elle font pâle figure : quelques banderoles vieillissantes et des communiqués saisonniers rappellent leur existence… sur le papier.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le