Accéder au contenu principal

Finale Tunisie-Maroc : le onze national avait tout à gagner

Source : Le Matin

Le onze national a perdu le match qu'il ne fallait pas ; mais dans tous les cas de figure il aura accompli sa mission de la plus belle des façons. Car vaincre une équipe supportée par 60.000 spectateurs en délire est une entreprise qui destabiliserait les plus forts smoralement ! Et encore plus ces jeunes, dont la plupart viennent d'avoir leur baptême de feu en Coupe d'Afrique des nations.

Pour la majeur partie d'entre eux une pression pareille est au dessus de ce que peuvent supporter leur jeunes épaules. Mais il était écrit quelque part que même en revenant dans la rencontre, cette maudite pression avait déjà fait de l'effet. Fouhami, pourtant habitué des compétitions d'envergure, a commis l'irréparable en lâchant le ballon et offrant un ballon en or, et par là même la Coupe d'Afrique à Zyad Jaziri et la Tunisie.


Handicapé par des joueurs amoindris ou qui sortent d'une blessure ou d'une maladie (cas de Talal dont le genou souffrait le martyre tout au long de la rencontre et puis Zaïri sujet à une forte grippe), le onze national a joué une partie héroïque. A cette situation s'ajoute la tactique d'homme à homme, pratiquée par les Tunisiens avec la bénédiction de l'arbitre sénégalais, Falla, que le public marocain respectait et appréciait.


Et pourtant dans une déclaration, un supporter tunisien affirmait à qui veut l'entendre qu'il «était inconcevable que l'on nous désigne un arbitre d'un pays qu'on vient d'éliminer en demi-finale». C'est dire l'appréhension que le public avait de cette désignation ; peut-être pas ceux qui ont pensé à M. Falla.


Si la sélection marocaine avait, parfois, retrouvé le jeu qui était sien et qui avait fait sa force tout au long de cette compétition, il n'en demeure pas moins que tout au long de ce match, les joueurs marocains n'ont jamais donné l'impression d'être à l'aise. Mais perdre, cela fait partie du jeu. Ses larmes en fin de partie nous ont tellement émus mais, ni l'excellent entraîneur Baddou Zaki, ni ses protégés n'ont à rougir de cette défaite. Même les plus perspicaces ne l'attendaient pas, ainsi, que son jeune groupe à ce stade de la compétition.


Car jouer une finale de Coupe d'Afrique des Nations était un rêve que l'on caressait depuis fort longtemps. Surtout lorsque des équipes comme le Cameroun, le Nigeria ou le Sénégal étaient en lice.


Une fois encore, un grand bravo à ces jeunes footballeurs et à leur coach qui nous ont permis de vivre des moments inoubliables et qui ont permis à tout un peuple d'être rassuré sur son football et sur la suite des compétitions internationales, notamment les qualification pour la Coupe du monde 2006.


_____________________


Ils ont dit :


Baddou Zaki : « il faut reconnaître que nous avons commis des erreurs qu'il serait superflu de discuter maintenant. Le but inattendu que nous avons encaissé contre le cours du jeu a totalement perturbé nos cartes. Les changements que nous avons opérés ont été en fonction du but marqué et non pour égaliser. L'état de l'équipe, vous le connaissez ! ce que je redoute toujours ce sont les blessures, la méforme, les expulsions. Le mauvais sort s'est acharné sur nous en nous privant d'éléments incontournables. En tous les cas, nous avons terminé sur le podium, résultat que beaucoup d'équipes avant nous n'ont pas réussi.


Roger Lemerre ( entraîneur de Tunisie) : «Bien entendu, je suis très satisfait de mes joueurs. Je voudrais les féliciter tellement ils ont livré un combat très héroïque. Remporter la Coupe d'Afrique des Nations est une consécration que tout entraîneur cherche en venant dans cette compétition. Elle est la récompense d'un dur labeur auquel nous nous sommes tous associés, joueurs, staff technique et responsables du football tunisien».

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai signé dans

Stage de détection des jeunes talents pour l'équipe nationale

Source : MAP Cinquante quatre jeunes joueurs participeront à un stage au Centre national de football Maâmoura du 30 janvier au 03 février, avec pour objectif de détecter de nouveaux joueurs capables de renforcer l'équipe nationale des moins de 16 ans. Ce stage de détection-rattrapage sera animé par six cadres nationaux sous la supervision du directeur technique national Jean-Pierre Morlans et l'entraineur national Abdellah El Idrissi. Les joueurs bénéficiaires (nés en 1994) sont proposés par les clubs et les ligues régionales. Cette opération permettra la sélection de 10 joueurs devant rallier les 24 constituant l'effectif qui avait participé au tournoi de l'Union nord-africaine (UNAF) pour un autre stage prévu du 3 au 7 février à Maâmoura.

Marouane Chamakh champion avec Bordeaux

Source : AFP Marouane Chamakh, l'attaquant marocain de Bordeaux, auteur de 13 buts cette saison terminée par le titre de champion de France de L1, a déclaré qu'il devrait rester à Bordeaux, ajoutant "cela dépend du président", tandis que son entraîneur Laurent Blanc reste prudent. Après avoir entendu les milliers de personnes réunies sur l'esplanade des Quinconces scander "Chamakh à Bordeaux", le Marocain a déclaré "Oui je vais rester normalement, ça dépend du président", sous le regard amusé de Jean-Louis Triaud, aux commandes du club depuis 1996. Une déclaration cependant nuancée par l'entraîneur girondin Laurent Blanc, qui a ironisé en demandant aux journalistes présents s'ils étaient en possession d'une cassette audio pour immortaliser les déclarations de son attaquant. Ce dernier, qui a inscrit quatre buts dans les cinq dernières journées, avait émis ces dernières semaines le désir de quitter le club, s'il décrochait le tit