Accéder au contenu principal

Les Egyptiens ne doivent s'en prendre qu'à eux-mêmes

Source : RFI

Les Pharaons ne savent toujours pas marquer des buts. Dominateurs tout au long de la partie, ils ont été battus sur un contre meurtrier à quelques minutes du coup de sifflet final.


Présenté légitimement comme un match à hauts risques, la rencontre entre l'Algérie et l'Egypte a tourné à la catastrophe pour les Pharaons. Ils ont eu beau camper dans la moitié de terrain algérienne pendant près de quatre-vingt dix minutes, jouer à onze contre dix après l'expulsion de Maamar Mamouni à la 64ème minute, ils se sont révélés totalement incapables de contourner une équipe d'Algérie massivement regroupée en défense.


On savait deux choses avant la rencontre: d'une part que les Egyptiens possèdent un des footballs les plus élaborés du continent, très certainement le plus européen d'Afrique dans la circulation du ballon et l'harmonisation de ses trois lignes; d'autre part qu'il a toujours eu de grosses carences dans la finition. Mido, pas plus qu'Ahmed Belal, ne sont ni Hossam Hassan, leur prédécesseur de légende, ni Patrick Mboma. Ils ont encore beaucoup à apprendre. A leur âge, vingt et un pour le premier, pas encore vingt-quatre pour le second, c'est le contraire qui serait étonnant. Car les Egyptiens n'ont pas cessé d'attaquer sans mettre véritablement en danger le gardien adverse Lounès Gaouaoui.


Ce sont les Algériens qui, les premiers, allaient trouver la voie du bonheur. Un corner trouve la tête du latéral gauche Maamar Mamouni, venu intelligemment suppléer Mansour Boutabout. Mieux vaut être deux sur un bon coup que seul. On annonçait un duel serré, sinon davantage, et on était servi après un quart d'heure de jeu. Les Egyptiens étaient les favoris, mais, ragaillardis par leur bon nul contre le Cameroun, les Algériens savaient qu'ils jouaient leur va-tout dans ce duel nordique. Douze minutes plus tard Tarek El Sayed, qui avait bien anticipé la montée de la défense algérienne, servait sur un plateau Ahmed Belal qui n'avait aucun mal à tromper le portier algérien. Les choses revenaient dans l'ordre pour les Egyptiens qui pouvaient faire admirer leur jeu collectif. Le public algérien venu en très grand nombre (il composait l'essentiel de l'assistance) admirait en connaisseur, se demandant à quelle sauce les siens allaient être mangés, pas rassurés du tout. Et c'est sur ce score de parité que survenait la mi-temps.


Le but rageur d'Achiou


Après la pause, les Egyptiens accentuaient la pression, la défense algérienne continuait de veiller au grain contenant sans se démonter les Mido, Belal et Ahmed Hassan. On avançait dans le temps lorsque l'arbitre luxembourgeois de la rencontre (aucun des arbitres n'était africain, match à hauts risques oblige) renvoyait au vestiaire Maamar Mamouni après un deuxième carton jaune. Les Egyptiens, c'était sûr, n'allaient faire qu'une bouchée de leurs adversaires. Ils auraient pu faire une partie du chemin si l'arbitre n'avait commis une erreur. Sur une chute de Belal, il aurait dû siffler penalty, mais cinq minutes après l'expulsion d'un joueur algérien, dans le contexte très spécial de la rencontre, il décida de donner un carton jaune à l'attaquant égyptien pour simulation alors qu'il y avait bien faute.


Cette mauvaise décision a peut-être privé les Pharaons d'un succès qui leur tendait les bras. Et, comme la veille à Bizerte où l'on avait vu le Rwanda égaliser face à la Guinée à une poignée de seconde du coup de sifflet final, les Algériens, ou plutôt l'un d'entre eux, parvinrent à forcer le destin. Il restait quatre minutes à jouer, Hocine Achiou s'emparait du ballon sur une nouvelle offensive égyptienne et effectuait une course de soixante mètres sur le côté droit du terrain, revenait dans l'axe, laissait sur place poursuivant et défenseurs pour placer un tir rageur qui ne laissait aucune chance à Nader El Sayed (104ème match en sélection nationale). Les Egyptiens pouvaient crier au vol, le Fennec s'était joué de Pharaon comme le petit renard du désert qu'il est. Un résultat qui nous laisse sur la perspective d'un Cameroun-Egypte de feu.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le