Accéder au contenu principal

Le fabuleux destin d’Al Mountakhab

Source : telquel

Par Mehdi S. Alaoui

Savez-vous qu’Al Mountakhab est l’hebdo le plus lu au Maroc, toutes catégories confondues ? Savez-vous qu'il multiplie les interviews exclusives avec les plus grandes stars mondiales ? Retour sur une success story.



Al Mountakhab s'apprête à souffler cette année sa vingtième bougie. Et encore une fois c'est dans ses habits de premier de la classe qu'il fêtera son anniversaire. Depuis la fin des années quatre-vingt, c'est l'hebdomadaire marocain le plus lu, toutes catégories confondues. Et selon son distributeur, “l'un des rares titres à enregistrer depuis ses débuts une progression constante dans ses ventes”. Actuellement, pas moins de 65T000 lecteurs et amateurs de sport affluent chaque semaine sur les kiosques pour avoir leur dose d'Al Mountakhab. Pour quatre dirhams, ils ont droit à de l'info, des reportages et interviews presque toujours inédits, des dizaines de photos comme on n'en trouve pas ailleurs… et une rubrique artistique affichant un penchant ostentatoire pour les stars libanaises, pulpeuses de préférence. D'ailleurs, au risque d'en surprendre plus d'un, les sondages affirment que 15 à 20% des lecteurs d'Al Mountakhab sont... des lectrices. Si !



Au-delà des chiffres, Al Mountakhab est, de l'avis des spécialistes (journalistes sportifs, athlètes et dirigeants de clubs et de fédérations), une institution qui a joué un rôle important dans l'éclosion de la presse sportive au Maroc. “On leur doit non seulement d'avoir inspiré le lancement d'autres publications mais aussi la formation de nombreux journalistes sportifs de qualité, qui ont essaimé dans toute la presse”, déclare le célèbre journaliste sportif Najib Salmi. Parmi d’autres : l'éternel “2M'iste” Mustapha Talal, le rédacteur en chef d’Assabah Hassan El Attafi... Sans compter tous les journalistes sportifs marocains expatriés dans les pays du golfe. Peut-on avancer qu’Al Mountakhab a autant d'influence sur le sport marocain, que L'équipe en France, ou Marca en Espagne ? Réponse d'un dirigeant sportif : “Ils ont de l'ascendant sur le public et ça, on ne peut pas ne pas en tenir compte”.


Tout commence au Qatar
L'histoire d'Al Mountakhab est étroitement liée à Mohamed Berrada, patron de la société de distribution Sapress. Alors qu'il est de passage par Doha fin 1985, il croise dans les couloirs d'Al Sakr, journal Qatari très en vue à l'époque dans le monde arabe, une vieille connaissance : Mohamed Bennis. Ce dernier, avec deux autres marocains, Badredinne Idrissi et Mustapha Badri, forment alors le maillon fort d'Al Sakr depuis leur embauche, quatre ans plus tôt. Au courant de leur expérience et de leurs résultats, Berrada leur fait une offre : “Je vous apporterai tout le soutien dont vous aurez besoin si vous rentrez au Maroc lancer un journal sportif”. Quelques mois de réflexion, et les trois hommes décident de saisir l’opportunité.


“Nous avions tous les trois un rêve inavoué qui était de devenir nos propres patrons. Il aurait été inconcevable de laisser passer cette occasion”, raconte aujourd’hui Badredinne Idrissi. Mustapha Badri tient à ajouter que le timing a beaucoup pesé dans leur décision : “L'équipe nationale venait de réaliser un exploit au Mondial mexicain, il fallait capitaliser sur l’énorme enthousiasme que cette épopée avait suscité chez le public marocain”.


Le premier numéro d’Al Mountakhab paraît en kiosque le 29 octobre 1986 au prix d'un dirham cinquante. Un pari financier conséquent, mais Berrada, que les trois hommes considèrent comme leur “parrain”, tient ses promesses : en plus de les conseiller, il met à leur disposition des bureaux et du matériel et, surtout, se porte garant vis-à-vis des banques. Al Mountakhab se fait très vite remarquer, révolutionnant, aux dires des professionnels, une presse sportive encore très discrète. “Non seulement leurs papiers étaient très bien écrits, comparativement à ce qui se faisait déjà, mais ils ont été encore plus surprenants en publiant des photos en gros plan des sportifs, ce qui, apparemment, a beaucoup plu aux lecteurs”, raconte Najib Salmi. Les résultats sont tellement encourageants qu'il est décidé, au bout de six mois, de publier deux numéros par semaine au lieu d'un. Mais ce qui fait véritablement la force d'Al Mountakhab, aujourd’hui encore, c’est leur capacité à couvrir toute l’actualité sportive nationale, et surtout leur politique qui consiste à accompagner systématiquement les athlètes marocains dans toutes leurs compétitions à l'étranger. En deux mots : leur aptitude à rapprocher les lecteurs de leurs sportifs préférés... y compris des stars mondiales. L’Ivoirien Didier Drogba, prodige de Chelsea, ou encore le Camerounais Samuel Eto’o, star du FC barcelone, ont ainsi, dernièrement, accordé des interviews excusives à Al Mountakhab.


Question récurrente : comment “un petit journal marocain” se débrouille-t-il pour avoir accès à des vedettes de ce niveau ? D'après ce proche des dirigeants du journal, “ils se sont constitués, au fil des années, un carnet d'adresses considérable et une notoriété qui dépasse largement nos frontières. ça leur ouvre forcément beaucoup de portes”. La notoriété d’Al Mountakhab, Kamil, ce jeune pilote qui a suivi Mustapha Badri dans son périple hexagonal pour interviewer Eto'o, a pu la mesurer : “Après avoir enfin déniché l'hôtel où il logeait avec l'équipe du Cameroun, nous avons attendu son arrivée pendant des heures . Une trentaine de journalistes de différentes nationalités étaient également aux aguets. Quand Eto’o a fait son apparition, tous se sont pratiquement jetés sur lui. Il les a tous congédiés en déclarant : “Je suis désolé, mais je ne reçois que monsieur Badri qui s'est déplacé spécialement du Maroc” ça m'a coupé le souffle”.


Le chemin sinueux de la réussite
Si Al Mountakhab demeure incontestablement la référence en matière d'information sportive au Maroc, il n'en demeure pas moins qu'il suscite des critiques. On lui reproche de se focaliser essentiellement sur les grands événements, de ne pas s'intéresser à ce qui sort de l'axe Casa-Rabat, d'être proche de certains hauts dirigeants sportifs… Abdelkhalek Louzani, l'ancien entraîneur de l'équipe nationale, est même allé jusqu'à traiter le bi-hebdomadaire de “journal d'éboueurs”.


“On nous reproche beaucoup de choses, souvent injustement, répond Mustapha Badri. Mais nous acceptons la critique. Par exemple, on nous accuse d'être tantôt pro-Raja, tantôt pro-Widad, selon les jours. Pourtant, à chaque derby casablancais, nous faisons bien attention d’allouer le même espace aux deux clubs”. Et d'ajouter : “Nous pouvons nous tromper, nous en sommes conscients, mais nos chiffres prouvent que nous faisons du bon travail”.


Si la réussite a été souvent au rendez vous, Al Mountakhab a aussi été au bord du gouffre. Aussi surprenant que cela puisse paraître, la guerre du golfe (1991) et l'affaire Tabit (1993) ont fait plonger les chiffres de vente de la presse sportive. “Les gens n'étaient plus passionnés que par les directs de Bagdad réalisés par Al Jazira, puis par ces récits quasi-pornographiques de l’affaire Tabit, qu’ont trouvait dans tous les quotidiens”, se souvient Najib Salmi. Alors qu'ils sont à deux doigts de fermer boutique, Mohamed Berrada vient encore une fois à leur secours. “Nous avions des problèmes avec notre imprimeur, Berrada s'est porté garant pour nous”, raconte Badri.


Près de vingt ans après le lancement d'Al Mountakhab, Badredinne Idrissi et Mustapha Badri (Mohamed Bennis ayant quitté le navire en 1996, pour s’installer à nouveau dans le Golfe) foisonnent encore de projets. Le principal : transformer Al Mountakhab en quotidien qui tirerait à 100T000 exemplaires par jour. Un autre pari insensé. Raison de plus pour le tenter...


Marché. Et les autres ?


Ils connaissent des fortunes diverses. D'un côté les mensuels, de bonne facture d'ailleurs. Stadium s'en sort bien avec ses 15T000 exemplaires vendus. Le journal du sport créé par un dentiste peine à décoller. De l'autre côté, moins d'une dizaine d'hebdomadaires arabophones se partagent le marché. A part Annoukhba qui talonne d'assez loin Al Mountakhab avec une moyenne de 10T000 exemplaires vendus par numéro, le reste (Alam Riada, Arrisala riadia…) essaient tout simplement de survivre.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le