Accéder au contenu principal

Afellay et Aissati: l'avenir marocain du PSV Eindhoven

Source : AFP

Ibrahim Afellay et Ismail Aissati, jeunes milieux de terrain d'origine marocaine, sont déjà devenus à 19 et 17 ans, deux atouts importants du PSV Eindhoven, en quête d'une qualification pour les 8e de finale de la Ligue des champions de football.


Déjà considérés par la presse néerlandaise comme de véritables phénomènes, les deux adolescents qui bénéficient de la double nationalité néerlandaise et marocaine, se font lentement mais sûrement un nom sur la scène européenne.


Les observateurs auront noté leur potentiel lors de la victoire du PSV face au Milan AC (1-0) en C1, le 1er novembre dernier à Eindhoven.


"Il s'agissait de ma première titularisation. Dans la compétition la plus relevée, face à l'une des meilleures équipes d'Europe. Un sacré baptême du feu", se souvient Aissati qui, ce jour-là, avait posé d'énormes problèmes aux Seedorf, Pirlo et autre Gattuso.


Doté d'une technique bien au-dessus de la moyenne, Aissati, s'est depuis installé dans l'équipe, tantôt au poste de milieu offensif, tantôt comme ailier.


"Sa conduite de balle est fantastique. Il ne perd quasiment jamais le cuir et en fait très souvent un excellent usage", estime Ibrahim Afellay à propos d'un équipier qu'il considère comme son "petit frère".


Afellay évolue lui au poste de milieu droit où il a remplacé Mark Van Bommel parti l'été dernier enfiler le maillot du FC Barcelone en Espagne.


"Afellay a déjà fait oublier Van Bommel", affirmait récemment le magazine de référence Voetbal International. Un sacré compliment.


Oranje ou Lion ?


"Iby" et "Issy", comme les surnomment leurs partenaires, ont connu le même parcours avant de briller avec le PSV.


Tous deux ont appris le football dans la rue, à Utrecht (centre) où ils sont nés, sur les mêmes plaines de jeu que Marco Van Basten, l'ancien buteur de l'Ajax et du Milan AC, fréquenta lui aussi en son temps.


Tous deux furent formés dans le petit club d'Elinwijk (centre) avant d'être repérés par les trois grands du football batave (Ajax, Feyenoord et PSV) et de choisir la direction d'Eindhoven il y a trois ans.


Alors qu'ils s'apprêtent aujourd'hui à prolonger leur contrat au PSV -ils sont liés jusqu'en 2007 et devrait bientôt l'être jusqu'en 2010-, Afellay et Aissati devront également bientôt choisir pour quelle équipe nationale évoluer.


Porteront-ils un jour le maillot Oranje ou celui des Lions de l'Atlas? Si Afellay a déjà joué avec les Espoirs néerlandais, il peut encore changer d'avis avant le passage chez les "grands".


Aissati n'a pas encore, lui non plus, pris de décision définitive.


"Nous sommes Marocains de coeur mais nous vivons aux Pays-Bas", explique Aissati, dont le papa est imam. "Mon rêve est de disputer un jour la Coupe du monde. Je ferai mon choix en fonction de ce critère et des meilleures possibilités qui s'offriront à moi", poursuit-il.


En attendant, la prochaine étape dans leur progression passera par la visite, mardi, de l'équipe turque de Fenerbahçe en Ligue des champions. La victoire du PSV sera indispensable pour atteindre les huitièmes de finale.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

35 joueurs présélectionnés en prévision du match amical Maroc-Congo

Source : MAP La Fédération royale marocaine de football a convoqué 35 joueurs pour un stage de présélection, en prévision du match amical devant opposer le Maroc au Congo le 12 août prochain au complexe sportif Moulay Abdellah de Rabat. De nouveaux noms ont été retenus dans cette liste des présélectionnés à savoir Brahim Nakkach (FAR Rabat), Adil Fahim (Moghreb Fès), Younes Kaboul (Portsmouth/Anglettere), Mehdi Amine El Moutaqui (Clerment Foot/France). Cette liste marque aussi le retour de Abderrahmane Kabous (Real Murcia/Espagne), Jaouad Zairi (Olympiakos Le Pirée /Grèce) et Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech). Le match Maroc-Congo entre dans le cadre de la préparation des Lions de l'Atlas au prochain match de qualifications Coupe d'Afrique des nations/Mondial 2010. La liste des joueurs présélectionnés:. 01-Nadir Lamiaghri (Wydad Casablanca/Maroc). 02-Karim Fegrouche (Wydad Casablanca/Maroc). 03-Brahim Zaari (FC Den Bosch/Pays-Bas). 04-Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech/M

Hassan Shehata au Maroc

Source : L'opinion On peut trouver agaçant, et on aura raison, cette manie qui ont certains de demander à tous les techniciens qu'ils rencontrent s'ils seraient prêts à venir au Maroc pour " s'occuper " de l'équipe nationale. Ainsi Hassan Shehata, le coach égyptien, trois fois champions d'Afrique et qui vient de prolonger, jusqu'en 2014, son contrat avec la fédération de son pays, qui répond " qu'il serait prêt à entraîner le onze national marocain ". Ah bon Est-ce que la FRMF est intéressée Elle ne l'a jamais dit Alors de quoi parle-t-on On a l'impression que le Maroc est devenu un pays sans ressources, sans forces propres, sans mémoire et qu'il est là à solliciter qu'on veuille bien venir le tirer d'affaire. C'est regrettable et dommageable pour l'image de marque de notre football. Et puis Hassan Shehata réussirait-il au Maroc Pas sûr même s'il reste poli et mesuré avec tous les interv