Accéder au contenu principal

Faits marquants du football marocain de l'année 2005

Source : MAP

Le football national a vibré en 2005 à la fois au rythme de la joie et de la déception, avec des événements à diverses sensations qui ont retenu l’attention, notamment la consécration de l’équipe des FAR en Coupe de la CAF, la prestation des Lionceaux de l’Atlas au Mondial-2005 juniors et la non-qualification du Maroc au Mondial-2006.


Ainsi, la formation militaire s’était illustrée cette année en revenant au devant de la scène du football africain, après avoir remporté haut la main la Coupe de la Confédération africaine de football (CAF), le 19 novembre, soit le deuxième titre africain de son histoire après la coupe des clubs champions en 1985.


Victorieux des Dolphins du Nigeria (3-0) en finale retour à Rabat (1-0 à l’aller), les hommes de M’hamed Fakhir, champions nationaux en titre, ont également offert au Maroc son dixième titre continental au niveau des clubs et décroché la troisième consécration des clubs marocains au niveau de la Coupe de la CAF après ceux du Kawkab de Marrakech en 1996 et du Raja de Casablanca en 2003.


L’année 2005 a été également marquée par la bonne performance de l’équipe nationale juniors, demi-finaliste de la CAN-2005 au Bénin, un résultat qui l’a qualifiée pour le Mondial-2005 de cette catégorie aux Pays-Bas.


En Hollande, où ils sont partis avec le costume d’»outsiders», les protégés de Fethi Jamal ont frappé les esprits de tous les amateurs du ballon rond par un parcours plus que convaincant qui les a conduits jusqu’au dernier carré.


L’aventure a certes été stoppée aux portes de la finale après une défaite contre le Nigeria (0-3), vainqueur de la CAN-2005.


En revanche, la grande déception de l’année a été l’échec des Lions de l’Atlas à décrocher leur billet pour la Coupe du monde 2006 en Allemagne, une élimination amère qui a pesé de tout son poids sur la scène sportive nationale, tellement le onze marocain a réussi un parcours sans faute le long des éliminatoires africaines, qu’il a achevées sans aucune défaite, ce qui devait aboutir en toute logique à une qualification méritée.


Mais, le destin a voulu que le rêve d’une présence en Allemagne se brise à Tunis au terme d’un match nul (2-2) contre la Tunisie lors de l’ultime journée de qualifications marathoniennes, où la chance a souri aux Lions de l’Atlas à deux reprises avant de leur tourner le dos.


La principale répercussion de cette élimination était la démission le 17 novembre du coach national Badou Zaki, au terme d’un parcours jalonné, notamment, de 22 rencontres officielles, dont six pour le compte des éliminatoires de la CAN-2004, six en phase finale de cette CAN et dix en éliminatoires combinées de la CAN et du Mondial-2006, lors desquelles les Marocains ont réussi 14 victoires, concédé sept nuls et n’ont subi qu’une seule défaite, en finale de la CAN-2004 contre la Tunisie.
La Fédération royale marocaine de Football (FRMF) a ainsi opté pour le Français Philippe Troussier, pour présider aux destinées de la sélection nationale, au terme d’un contrat de quatre ans jusqu’en 2009.


Manager général, sélectionneur des équipes nationales A et B et superviseur des sélections de toutes les autres catégories, sa mission principale consiste, entre autres, à assurer la qualification des Lions de l’Atlas à la Coupe d’Afrique des nations 2008 et aux phases finales du Mondial 2010.
Un autre événement qui a retenu l’attention des acteurs du football national, la signature, le 7 juin, d’un contrat-programme entre le gouvernement, les collectivités locales et la Fédération royale marocaine de football, ayant pour objectif la mise à niveau du football national, en perspective du passage au professionnalisme à l’horizon 2009.


En vertu de cet accord d’une durée de quatre ans, le gouvernement contribue au financement du projet par une enveloppe budgétaire de 280 millions de dirhams, alors que les collectivités locales ont la charge de la restructuration et de la refonte des stades.


Modernisation et renforcement des structures et de l’équipement sportifs, l’adaptation du cadre législatif et organisationnel aux nouvelles exigences du professionnalisme et le développement des systèmes et des structures d’encadrement et le rehaussement du niveau de formation, sont autant d’objectifs fixés par les initiateurs de ce projet qui n’a pas manqué d’alimenter le débat, déjà existant, sur les moyens adéquats d’améliorer le niveau du football national.


A noter également le fabuleux exploit du onze national «B» qui a atteint la finale du tournoi des 1ères jeux de la solidarité islamique, organisés au mois d’avril en Arabie saoudite. Les poulains d’Abdelghani Bennaciri, auteurs d’un parcours lumineux, ont frôlé le titre après leur défaite en finale face au pays organisateur.


Le football marocain a marqué aussi de ses empreintes les jeux méditerranéens disputés fin juin à Almeria, en Espagne. L’équipe nationale, qui était conduite par le cadre marocain Aziz El Khyati, avait atteint le stade des demi-finales où elle a été battue par son homologue turque, avant de s’incliner en match de classement devant la Libye, pour terminer quatrième au classement général.
Par contre, le Maroc a complètement raté le coche aux cinquièmes jeux de la Francophonie qui viennent de s’achever à Niamey (7-17 décembre), après une élimination dès le premier tour, perdant ainsi son titre obtenu lors de l’édition précédente en 2001 à Ottawa (Canada).
Sur la scène arabe, les clubs casablancais du Raja et du Wydad poursuivent actuellement leur parcours en Ligue des champions arabe. Après avoir atteint les quarts de finale, ils ambitionnent de pousser leurs limites et d’aller aussi loin que possible.


Par ailleurs, les yeux de toute la famille et du parlement du football mondial ont été braqués sur Marrakech qui a abrité le 55è congrès de la Fédération internationale de football (FIFA), les 11 et 12 septembre dernier.


Un prestigieux événement qui a lieu pour la première fois sur une terre africaine et qui témoigne de la crédibilité du football national sur l’échiquier mondial et de la bonne réputation du Maroc en tant que terre d’accueil et de cohabitation.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le