Accéder au contenu principal

Abdessadki resplendit

Source : DNA

Auteur de son premier doublé en Ligue 1, samedi, Yacine Abdessadki a aiguillé le Racing sur les rails du succès. Une juste récompense pour ce Niçois au parcours erratique qui semble enfin offrir de la constance à son talent.


« Mickaël Pagis a du souci à se faire. Avec ce doublé, je suis lancé ! » Yacine Abdessadki est impayable. Le clin d'oeil, lancé à l'adresse du meilleur buteur du Championnat (7 réalisations) est bien sûr à prendre au second degré. Avec désormais trois unités à son compteur personnel - ouvert face à Lens -, il n'a nullement la prétention de venir titiller son coéquipier.
Abdessadki n'est de toute façon pas le genre d'homme à tirer des plans sur la comète. Du moins, il ne l'est plus. En dépit d'une inépuisable gouaille de fanfaron et d'un look de victime de la mode savamment entretenu, celui qui va sur ses 24 ans sait que la vérité du jour est rarement celle du lendemain. Il a payé pour voir.


Égaré en route


En débarquant à Strasbourg voilà six ans, dans les bagages de Philippe Thys, le joueur du Sporting Club de Toulon s'était cru « arrivé ». D'autant que Pouliquen lui ouvre alors le jour même de sa prise de fonctions les portes de l'équipe fanion.
Sa technique affirmée, son sens du dribble et sa vision de jeu le propulsent d'entrée au rang de grand espoir du foot français. Les plus optimistes se risquent même un peu hâtivement à le comparer à Zidane. Un fardeau lourd à porter pour un minot de 17 ans...
Ça n'a pas manqué. Abdessadki s'est rapidement égaré en route. Les apparitions avec les « grands » se font rares alors que les motifs de dispersion s'accumulent.
Jusqu'au point de non retour, quand le club lui offre voilà deux ans un sympathique mais salvateur crochet par Grenoble, histoire de découvrir la vraie vie. Celle d'un footballeur plongé dans l'anonymat de la L 2, obligé de se dépouiller à chaque match, sous peine de disparaître définitivement de la circulation. « Je n'étais pas très mûr, sourit l'intéressé. Mais toutes ces galères m'ont servi. J'ai gagné en expérience. »


« Pas mal bougé »


Revenu au Racing par la grande porte, la saison dernière, Abdessadki gagne aux forceps la confiance de Kombouaré. Même si le Franco-Marocain se contente de jouer les utilités, en fonction des besoins du moment, il prend racine dans l'équipe.
« C'est vrai que j'ai pas mal bougé, rappelle Abdessadki. Devant, derrière, à gauche, à droite, dans l'axe, je crois que j'ai tout fait ! Là où je me sens le plus à l'aise, c'est en tant que "6", en milieu récupérateur. Pour me sentir bien, il faut que je touche beaucoup de ballons. »


« Il m'a bien recadré »


Encore loupé. Depuis la reprise en main de Duguépéroux, le garçon hérite du flanc droit. Avec la réussite que l'on sait. « Le coach m'a bien recadré, ajoute-t-il. Son discours est clair. Il me fait confiance à 100%. A moi de lui rendre la pareille sur le terrain. Ça marche, puisque je retrouve mes sensations des débuts. »
Dans ce rôle à contre-emploi, Abdessadki parvient depuis peu à tirer la quintessence de ce qui lui est demandé. « Je ne suis pas un ailier comme Salim (Arrache), poursuit-il. Je n'ai pas ses qualités de vitesse. Mais je compense avec ma technique. Ce qui me permet régulièrement de rentrer dans l'axe. Finalement, je ne suis pas si éloigné que ça de mon poste de prédilection ! »


L'aventure marocaine


Après des années de doutes, d'apprentissage et de remise en question, Abdessadki semble enfin récolter les fruits de son travail. Mardi dernier, contre le Burkina Faso, il a même inscrit son premier but international sous le maillot marocain. Le pays de ses parents qu'il ne connaît qu'à travers les... cartes postales et quelques vacances, comme la plupart des fils de l'immigration appelés en sélection.
« Tout s'enchaîne vite actuellement, dit-il. Je n'ai pas trop eu l'occasion de "calculer" ce qui m'arrive. Avec le Maroc, je suis peut-être à l'aube d'une belle aventure qui peut me mener jusqu'au Mondial-2006. Avec le Racing, on a un beau challenge à relever. Il suffit juste d'exploiter notre potentiel. »
Un potentiel qu'Abdessadki a infiniment grand. Reste encore à l'exploiter à bon escient. Ensuite, Pagis pourra toujours se mettre à trembler. Pour de vrai.


Séb.K.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le