Accéder au contenu principal

Championnat d’Afrique juniors : Un silence déroutant

Source : Liberation Ma

Une liste, une nouvelle concentration et un petit, tout petit match que l’on qualifierait de préparation, avec toutes les excuses de rigueur pour le sparring-partner, tout leader qu’il soit de sa deuxième division. On n’aura pas besoin de rappeler que le FUS de Rabat n’est sûrement pas en mesure de donner quelque idée que ce soit sur les adversaires à affronter dans…deux mois ! Il est sûr que Fethi Jamal n’y voit pas plus qu’un simple galop d’entraînement, une occasion de tenter une certaine homogénéité et de s’assurer de quelques automatismes. C’est déjà cela quand on est amené à travailler avec les moyens de bord.


Les moyens de bord ! C’est apparemment une fatalité qui colle comme de la glu à la gestion de la chose sportive au Maroc. Pour rester dans le même cadre, celui de ces juniors appelés, sous peu, à représenter tout un pays, il y a malheureusement lieu de constater que ceux censés être à leur écoute et tenus de leur assurer les meilleures conditions pour une représentation digne, voire un véritable exploit donnent, dans le cas en espèce du moins, l’impression d’être aux abonnés absents. On est à deux mois du Bénin et des phases finales de la CAN, et que l’on sache, les primes de qualification, aux dires mêmes d’un responsable fédéral, les joueurs n’en ont toujours pas vu la couleur. De plus, il n’y a même pas l’esquisse d’un vrai programme ou d’un calendrier clair et savamment élaboré. Ils sont pratiquement livrés à eux-mêmes. Mais à quoi bon s’affoler ? On va finir par s’en rappeler, par « tout » régler, la veille, tout en exigeant quelque résultat qui devrait relever du miracle.


Quid des joueurs pro dont le onze national a grand besoin mais qui risquent de ne pas être libérés par leurs clubs respectifs ? Qu’attend-on du côté de la fédé pour engager des pourparlers dans ce sens ? C’est, dirait-on, un droit. Mais on en a pas moins été privé à l’occasion du dernier Maroc/Niger .


Les juniors suscitent d’autant plus d’intérêt qu’ils représentent l’avenir. Sur un coup de tête, et après s’être maladroitement focalisé sur le résultat immédiat, oubliant tous les Olympiques qui ont pris du grade pour alimenter l’équipe « A », on a vite fait d’enterrer l’équipe olympique. Celle juniors nous a procuré de jolis moments au gré des éliminaatoires. Il y a de la matière et de la manière. N’étouffons donc pas le rêve.


Au niveau de la fédé et de sa commission des équipes nationales qui se fait trop discrète comme toutes les autres d’ailleurs, on doit plutôt s’appliquer à rectifier le tir, à ne pas aller dans le sens de ces dirigeants de clubs qui semblent ne disposer de juniors que pour donner l’impression d’être dans les normes et pour meubler le décor. Pour preuve, tous ces jeunes internationaux ignorés ou faisant éternellement banquette et ces forfaits à la pelle caractérisant le championnat national juniors. Le tout en toute impunité. On doit penser à motiver, mais aussi à sévir. Sinon, c’est de complicité fédérale qu’il s’agirait. Et il n’y a de pire qu’un complot contre l’avenir.



Mohamed BENARBIA

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

35 joueurs présélectionnés en prévision du match amical Maroc-Congo

Source : MAP La Fédération royale marocaine de football a convoqué 35 joueurs pour un stage de présélection, en prévision du match amical devant opposer le Maroc au Congo le 12 août prochain au complexe sportif Moulay Abdellah de Rabat. De nouveaux noms ont été retenus dans cette liste des présélectionnés à savoir Brahim Nakkach (FAR Rabat), Adil Fahim (Moghreb Fès), Younes Kaboul (Portsmouth/Anglettere), Mehdi Amine El Moutaqui (Clerment Foot/France). Cette liste marque aussi le retour de Abderrahmane Kabous (Real Murcia/Espagne), Jaouad Zairi (Olympiakos Le Pirée /Grèce) et Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech). Le match Maroc-Congo entre dans le cadre de la préparation des Lions de l'Atlas au prochain match de qualifications Coupe d'Afrique des nations/Mondial 2010. La liste des joueurs présélectionnés:. 01-Nadir Lamiaghri (Wydad Casablanca/Maroc). 02-Karim Fegrouche (Wydad Casablanca/Maroc). 03-Brahim Zaari (FC Den Bosch/Pays-Bas). 04-Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech/M

Hassan Shehata au Maroc

Source : L'opinion On peut trouver agaçant, et on aura raison, cette manie qui ont certains de demander à tous les techniciens qu'ils rencontrent s'ils seraient prêts à venir au Maroc pour " s'occuper " de l'équipe nationale. Ainsi Hassan Shehata, le coach égyptien, trois fois champions d'Afrique et qui vient de prolonger, jusqu'en 2014, son contrat avec la fédération de son pays, qui répond " qu'il serait prêt à entraîner le onze national marocain ". Ah bon Est-ce que la FRMF est intéressée Elle ne l'a jamais dit Alors de quoi parle-t-on On a l'impression que le Maroc est devenu un pays sans ressources, sans forces propres, sans mémoire et qu'il est là à solliciter qu'on veuille bien venir le tirer d'affaire. C'est regrettable et dommageable pour l'image de marque de notre football. Et puis Hassan Shehata réussirait-il au Maroc Pas sûr même s'il reste poli et mesuré avec tous les interv