Accéder au contenu principal

Madih: Après le limogeage, les accusations

Source : Aujourd'hui

Accusé par deux journaux de la place d’avoir touché des pots de vin des deux internationaux marocains, Othmane El Assass et Bouchaib El Mbarki, l’ex-entraîneur de l’équipe nationale olympique, compte intenter une action en justice contre les deux organes de presse.


L’ex-entraîneur de l’équipe nationale olympique, Mustapha Madih, toujours sous contrat avec la Fédération royale marocain de football jusqu’au 20 octobre, compte entamer une poursuite judiciaire contre deux journaux de la place. Et pour cause : les deux organes l’auraient accusé d’avoir touché des pots de vin des deux internationaux marocains qui évoluent dans les championnats du Golf, à savoir Othmane El Assass et Bouchaib El Mbarki, pour les faire figurer sur la liste des joueurs qui ont fait le voyage à Athènes.


Contacté par «Aujourd’hui Le Maroc», Madih a nié toutes ces accusations et les a qualifiées de gratuites. «Je n’ai jamais pensé à faire cela et je ne le ferai jamais. S’il y a des critiques à faire c’est au niveau sportif, mais aller jusqu’à m’accuser d’avoir reçu de l’argent, c’est grave», a déclaré ce dernier, qui n’a pas encore digéré toutes ces inculpations. Pour l’ex-sélectionneur olympique, la meilleure réponse, il faut aller la chercher chez les deux joueurs.


«Vous n’avez qu’à demander aux joueurs et ils vous diront la vérité. Ce dont on m’a accusé porte atteinte à mon image. Je ne sais pas qui est derrière tout cela. Mais c’est un mal de plus. Ça fait vraiment rire», a tenu à préciser celui-ci, visiblement, très touché par ces accusations.


C’est le deuxième coup dur pour Madih depuis son retour des Jeux Olympiques d’Athènes, où il n’a pas pu remplir son contrat-objectif, à savoir atteindre les demi-finales du tournoi, puisque les Lionceaux ont été éliminés dès le premier tour. Déroute qui a coûté cher à Madih puisqu’il a été remercié, mais par voie postale s’il vous plaît, sans aucune explication. Indigne, surtout, quand cela vient d’une instance comme le bureau fédéral, dont le secrétaire général n’est autre que le porteur du projet de professionnalisation du football national, Ahmed Ammor. Chose que Madih n’a pas appréciée. Lui qui voulait que le divorce soit fait de manière professionnelle. Selon ce dernier, ce qui l’a le plus vexé dans tout cela c’est son limogeage sans la moindre reconnaissance. Lui qui, et il faut le dire, a bâti une équipe forte et compétitive qui a fait montre de beaucoup de talent dans les grands rendez-vous internationaux, notamment les jeux de la francophonie qui se sont déroulés au Canada.


Le comble dans tout cela, c’est qu’au jour d’aujourd’hui, Madih n’a été contacté par aucun responsable de la fédération. «Même pas un coup de fil. Vous imaginez», ajoute-t-il, avec amertume. Réaction normale de la part d’un cadre national qui n’a pas pu accuser le coup, surtout que ce n’est pas la première fois que cela arrive au Maroc. Bien avant lui, un autre entraîneur a connu le même sort. Il s’agit de Saïd Al Khaider, juste après le retour du onze national olympique des Jeux Olympiques de Sydney en 2000. C’est comme ça que nos dirigeants rendent un hommage aux entraîneurs nationaux. Car à voir les conditions dans lesquelles Madih a été limogé, force est de constater qu’elles n’ont rien à avoir avec celles qui ont précédé le divorce du bureau fédéral avec l’entraîneur portugais Humberto Coelho, l’homme au salaire de 500T000 DH.


Pourquoi ce comportement vis-à-vis de Madih ? Personne ne le sait. Objectif raté, diront certains. Peu convaincant, diront d’autres. Mais une chose est sûre, c’est qu’il y a une autre raison d’ordre financière, à savoir les 120T000 DH que touche Madih, en plus des primes des joueurs, véritable casse-tête pour la FRMF. En se séparant de Madih, la fédération a frappé d’une pierre deux coups : se débarrasser de l’entraîneur et serrer la ceinture en attendant la désignation de son successeur.


Par : Samir Boudjafad

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le