Accéder au contenu principal

Marouane Chamakh porte les espoirs du Maroc

Source : FIFAworldcup.com

Marouane Chamakh fêtera en janvier ses 21 ans. Pourtant, ses jeunes épaules portent déjà le poids de toutes les espérances marocaines.



Ce week-end, un nouveau but capital de l'attaquant a permis aux Lions de l'Atlas d'arracher un précieux point dans la course à la qualification pour la Coupe du Monde de la FIFA 2006.


Grâce à leur bon 1-1 à Conakry, contre la Guinée, les Marocains restent en effet dans le wagon de tête, alors même que l'on en est presque à la moitié de la compétition préliminaire.


Du haut de ses 20 printemps, Chamakh assume désormais le rôle de premier attaquant de la formation nord-africaine.


Aux pieds bien nés…


La bonne période traversée en L1 par l'attaquant n'a fait que renforcer sa réputation et les attentes qui vont avec.


Si les Marocains se sont qualifiés pour deux des trois dernières Coupes du Monde de la FIFA, ils ont mal digéré le fait de se faire doubler par le Sénégal pour une place à Corée/Japon 2002.


Cette déconvenue a été le point de départ d'une vaste refonte de la fédération et de la sélection nationale. Le phénomène s'est accompagné du lancement dans le grand bain de jeunes talents très prometteurs, parmi eux l'attaquant bordelais.


C'est avec une formation expérimentale que le sélectionneur Badou Ezaki, impressionnant dans les cages marocaines lors de la Coupe du Monde de la FIFA, Mexique 1986, s'était rendu au début de l'année en Tunisie pour la Coupe d'Afrique des Nations. L'objectif : apporter à ses joueurs une bonne expérience de la scène internationale avant le début des éliminatoires au mois de juin.


La réussite de la CAN


Même au plus profond de lui-même, Ezaki n'attendait guère plus. Ces trois semaines, il voulait les consacrer pleinement à préparer l'avenir.



D'où sa surprise, et celle de tous les observateurs, lorsque ses hommes se sont hissés en finale, une finale qu'ils n'ont d'ailleurs perdue que de justesse (2-1) contre les hôtes tunisiens, au Stade du 7 novembre de Radès.


Aligné régulièrement tout au long de la compétition (il a joué les 90 minutes dans cinq des six rencontres du Maroc), Chamakh, deux buts, a confirmé sur le sol tunisien tout le bien qu'Ezaki pensait de lui en lui offrant son baptême du feu six mois plus tôt.


A cette époque, il y a bien longtemps déjà que les Marocains avaient un œil sur le surdoué. Seulement voilà, Chamakh devait d'abord choisir entre la formation nord-africaine et la France, son pays de naissance.


Le choix

"A l'âge de 19 ans, j'ai dû choisir entre le Maroc et la France, confie le jeune homme. Au début, j'ai hésité, parce que ce sont les Français qui m'ont contacté en premier, pour un match amical avec les moins de 19."
Néanmoins, Chamakh tient à préciser qu'il n'a plus jamais douté de sa décision une fois que le Maroc lui a fait part de son intérêt.


"Toute ma famille vit là-bas. Et puis cette équipe, je la supportais depuis la Coupe du Monde 98. Depuis, j'ai toujours préféré la sélection marocaine aux Bleus. Je me devais d'écouter mon cœur."


Né à Tonneins, le 10 janvier 1984, Chamakh, repéré par Marius Tresor, est à Bordeaux depuis l'adolescence. Ses débuts avec les Girondins, en février de l'an passé, ont précipité son apparition sous le maillot marocain.


Des débuts précoces et prolifiques


Après l'avoir fait rentrer trois minutes pour un match de qualification à la CAN disputé en juin 2003 contre la Sierra Leone, Ezaki a été immédiatement convaincu des qualités du bonhomme. Avant même la fin de l'année, Chamakh avait déjà marqué son premier but international, à l'occasion d'un match amical contre Trinidad & Tobago (septembre). Il avait aussi fait trembler pour la première fois les filets de L1, devenant ainsi petit à petit un titulaire à part entière sur les deux tableaux.


Chamakh totalise aujourd'hui cinq buts en 16 sélections. En 14 mois à peine, il est passé du statut d'adolescent prometteur à celui de star incontournable. Une facilité qui a ses conséquences : plus que jamais, le Maroc compte sur lui pour aller à Allemagne 2006.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le