Accéder au contenu principal

FAR - Raja : La montagne accouche d'une … souris

Source : Le Matin

On s'attendait à une partie tactique et forcément serrée, mais on ne pouvait soupçonner que les acteurs allaient descendre si bas dans le comportement au vu de ces milliers de jeunots qui les idolâtrent. Mais derrière tous ces péchés se cache l'éternel grand Satan : l'arbitrage ! A l'unanimité de l'assistance, M. Machmour a gâché la fête. Un après-midi de tous les malheurs en fait car déjà à l'entrée, des milliers de spectateurs ont souffert le martyre avant de franchir le grand portail.


Une bonne partie est restée bloquée, faute de billets. Et pour cause, une organisation anarchique. Personne n'a compris pourquoi les guichets de la partie sud sont restés fermés, obligeant le magma humain à envahir le trou de souris de l'aile nord. La déferlante déborda au grand bonheur des … resquilleurs. Un manque à gagner qui pouvait être évité surtout qu'une partie des recettes serait versée à la famille de Feu Hicham Zérouali.


Dans le grand stade, une ambiance sud-américaine animée par les 35.000 spectateurs commença très tôt. Les deux protagonistes foulèrent le gazon, visiblement tendus sous l'effet de la hantise de la victoire. Les FAR devaient en plus laver l'affront de l'année précédente quand elles furent privées du sacre par ce même adversaire. Le match démarra sur les chapeaux de roue. Les hostilités sont ouvertes dès la 2e mn par Bendriss dont le boulet passa à côté, faisant exploser les gradins surchauffés par les brimades réciproques. L'engagement à l'aveuglette et la fébrilité de l'arbitrage incapable de tempérer les ardeurs, laissaient craindre les dérapages. Zakaria Aboub, qui fit sa première apparition à Rabat au sein des FAR, reçoit le carton. On rivalise en prouesses, au rythme des millions de décibels.


Le jeu restait concentré au milieu du terrain, ponctué par des rushs intermittents notamment du côté des militaires, dominateurs au niveau du milieu orchestré par les deux turbos : Aboub et Abdessadeq. Mais c'est quand même le Raja qui eut la première occasion du but suite à une erreur défensive des FAR (22e). La réplique est donnée par Armoumen qui mit dans les nuages à 6 m de la cage (33e). Et puis, c'est Bendriss qui éloigne un ballon chaud de Aboucherouane (36e). Les locaux auraient achevé le premier half par un but d'avance sans la nonchalance de Ouadouch qui s'attarda à convertir le caviar offert par Kaddioui (45e). Une mi-temps très disputée mais cruellement stérile.


Les Rajaouis abordèrent la seconde manche avec la nette intention de forcer le score. Déstabilisées, les FAR subirent le pressing jusqu'à offrir l'occasion du but à Aboucherouane qui rate maladroitement (50). L'ultimatum est pris au sérieux. Les locaux puisèrent au fond d'eux-mêmes, faisant jeu égal avant d'instaurer une légère domination qui finit par être féconde. Ce fut au terme d'une prouesse de Kaddioui qui offrit le ballon à Ouaddouch lequel n'hésita pas à soulever les filets et les cœurs des milliers des fans (62e).


Touchés dans leur amour propre, énervés par un arbitre omettant de sanctionner le jeu dangereux de certains joueurs militaires, les Rajaouis ne retrouveront jamais leur inspiration. Pire encore, ils vont perdre Fofana qui a redonné la vitalité requise à la ligne médiane casablancaise après avoir suppléé Nater. Il est expulsé pour cumul de cartons. Mesloub resta orphelin certes mais le collectif a décidé de ne pas abdiquer. Le Raja frôla même l'égalisation à la suite d'une bévue de Ouchla (73e).


Les Verts se découvraient dangereusement en défense. Ils n'avaient pas le choix. L'option jusqu'au-boutiste donna l'effet pervers. Les FAR vont doubler la mise par l'entremise d'El Mouaataz (86), après le raté flagrant d'Armoumen, une minute plus tôt. La majeure partie du public rajaoui avait déjà déserté le terrain après le 1er but, convaincu que les dés étaient jetés.


Les quatre minutes supplémentaires n'apporteront rien de nouveau. L'arbitre Machmour quitta la pelouse sous bonne escorte, sous un déluge de protestations des Casablancais. Stambouli, le coach rajaoui, s'est refusé de tout commentaire à la presse écrite avant de céder sans la moindre hésitation à la sollicitation de la caméra de télévision ! Dommage.


Brahim Oubel

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le