Accéder au contenu principal

Fès: Le complexe sportif à l’abandon

Source : l'économiste

Par : Youness SAAD ALAMI (correspondant de L'économiste)


Pelouse asséchée, murs fissurés, portes et vitres cassées, poussières, intrus… C’est le triste visage que présente aujourd’hui le Complexe sportif de Fès. Une infrastructure toute neuve laissée à l’abandon, sans entretien. Toute cette infrastructure, qui a fait la fierté du Comité de candidature du Maroc à l’organisation de la Coupe du monde 2010, risque de tomber en ruine. Un gâchis monumental que l’on ne saurait ni devrait pardonner aux responsables.
A quelques dizaines de mètres de l’entrée principale de ce stade, le visiteur peut facilement remarquer son état de délabrement. Pierres, ordures et tessons de bouteilles tout alentour. A l’intérieur du complexe, la situation n’est guère meilleure. Herbes sauvages et autres plantes ont envahi les escaliers. Le stade est à l’abandon, il n’y a aucun doute.



Mais, c’est surtout l’état de la pelouse qui offre le spectacle le plus désolant. On dirait un champ de patates ou encore un champ après le passage de moissoneuses-batteuse. Le gazon est sec, jauni par le soleil à force de ne pas avoir été arrosé depuis des mois. Une honte pour la ville de Fès et une grande perte pour les contribuables dont l’argent a financé la construction de ce stade. En mars dernier à peine, cette pelouse offrait l’image reposante d’un tapis verdoyant. Les sièges, pour leur part, commencent déjà à montrer certains signes de détérioration avant qu’ils ne soient utilisés. “Faute d’entretien, d’autres détériorations vont certainement apparaître d’ici peu de temps”, indique une source proche du dossier. “On savait tous que ce complexe arriverait à cette situation: le budget nécessaire au maintien et à l’entretien du stade n’a pas été prévu au départ. On ne sait même pas qui va payer les factures: est-ce le ministère, la commune, la willaya ou une société privée?” ajoute-t-on.


Avant le 15 mai 2004, date de la fameuse décision de la FIFA, les trois sociétés de gardiennage qui étaient chargées de la surveillance des installations accomplissaient leur travail et les choses allaient bien. Vingt-cinq personnes au total, maintenaient la sécurité jour et nuit et s’occupaient du jardinage et de l’irrigation du gazon. Les prestataires de services attendaient le verdict de la FIFA avec un certain espoir et des promesses de règlement. Avec ou sans le Mondial, ce règlement devait être effectué. Malheureusement, ce n’est pas le cas. Patiente malgré tout, la dernière société à assurer le gardiennage a mis la clé sous le paillasson le 30 juin dernier. La société n’a pas été payée depuis des mois et ne pouvait se permettre de continuer davantage.
Du côté de la Régie de distribution d’eau et d’électricité (RADEEF), l’on affirme que les factures n’ont pas été réglées depuis plus de deux ans. “Nous avons procédé à des coupures d’eau et d’électricité à plusieurs reprises pour avertir les responsables du complexe. Malheureusement, nos démarches sont restées vaines”, explique un responsable de la Régie.


Outre les problèmes de recouvrement, les responsables du complexe doivent faire face aux nuisances qui ont touché une grande partie du matériel nécessaire à l’arrosage et dont la valeur s’élève à 1,2 million de DH. Ils doivent aussi prévoir des salaires pour les 6 journaliers qui assurent actuellement le gardiennage et qui ont été recrutés par la mairie au lendemain du départ de la société de surveillance.


--------------------------------------------------------------------------------


Un futur ex-joyau


Quelque 500 millions de DH et une douzaine d’années ont été nécessaires pour la réalisation du Complexe de Fès. Ce dernier offre une capacité de 40.000 places et dispose d’une piste olympique de 8 couloirs. Pour éclairer le stade, 4 tours se dressent sur une hauteur de 36 mètres. Sous chacune, un tunnel rendant facile l’accès pour les urgences et les forces de l’ordre. L’ensemble du stade comprend 24 portes permettant ainsi une évacuation rapide, estimée entre 5 et 7 minutes. Une particularité: les officiels et les VIP disposent d’un accès motorisé aux locaux qui leur sont réservés.



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le