Accéder au contenu principal

Point de vue - Athènes 2004: Fiasco prévisible pour le Maroc ?

Source : Al bayane

Par Redouane BNOU NOUCAIR


Pour la première fois depuis les années 80, durant lesquelles les AOUITA, NAWAL, SKAH ou BOUTAYEB ont permis au sport marocain de sortir de l'anonymat international, le Maroc risque de n'obtenir aucune médaille olympique et de ne pas figurer au tableau final des médaillés.
Comment peut-on justifier un tel pessimisme ?
Chaque confrontation fournit aux spectateurs un support à la symbolisation d'une des facettes (locale, professionnelle, régionale) de leur identité
Le sport , qui reste non seulement un domaine très important pour le développement de la jeunesse et la lutte contre l'oisiveté mais aussi une source importante d'investissements et de promotion sociale, est en pleine décadence.
Cette décadence trouve ses origines dans le peu d'intérêts que lui accordent les autorités gouvernementales, les élus locaux et les opérateurs économiques.
Ce désintérêt a encore été accentué , dernièrement, par l'insertion du sport dans une structure ministérielle, aux contours imprécis, qui a la lourde charge de gérer l'ensemble des problèmes de la jeunesse.


Le sport, facteur de rayonnement international pour le Maroc


Quatre disciplines sportives, essentiellement, ont permis au Maroc de rayonner à l'échelle internationale:


L'athlétisme, depuis 1983, avec l'avènement de AOUITA et NAWAL MOUTAWAKIL;


Le football, malgré des hauts et des bas et malgré de longues périodes de passage à vide;


Le Tennis, grâce aux exploits des trois mousquetaires (ARAZI, AYNAOUI et ALAMI);


La Boxe, à un degré moindre mais les deux médailles des frères ACHIK ont constitué des bouffées d'oxygène pour ce sport;


Mais aujourd'hui, la plupart de ces disciplines vivent, actuellement, une période de régression qui impose une réflexion approfondie, une vision globale, des mesures efficaces et urgentes ainsi que des moyens financiers, matériels et infrastructurels importants.



Analyse de nos chances aux jeux olympiques d'athènes


- L'athlétisme: Ce sport a été, pendant longtemps, un des meilleurs ambassadeurs du Maroc; c'est le sport qui a offert le plus de satisfactions au public marocain; il est devenu un vrai motif de fierté et nous a offert de brillants champions comme: RADI, GHAZI, GHIZLAT, H. JADDOUR, AOUITA, NAWAL, BOUTAYEB, SKAH, HISSOU, BOULAMI, BIDOUANE, EL GUERROUJ et tant d'autres qu'on s'excuse d'avance de ne pas les avoir cités. Malheureusement, le niveau de ce sport est également en train de baisser sous l'effet de quatre facteurs , essentiellement:
L'avancée inéluctable, pour certaines de nos stars, de l'âge qui est inversement proportionnelle aux performances;
La relève qui tarde à venir;
La fuite d'éléments de valeurs vers d'autres cieux et qui changent de nationalité (comme le Bahreini RAMZY qui a battu, dernièrement , EL GUERROUJ sur 1500 mètres);
Le contrôle de plus en plus stricte du dopage.
Nos chances de médailles sont minces malgré quelques finalistes potentiels; nos espoirs reposent, en août 2004, encore une fois, sur un sursaut d'orgueil de BIDOUANE ou EL GUERROUJ; quand à GHARIB, ses rares apparitions internationales rendent difficiles tout pronostic le concernant.


- Le football: C'est le sport le plus aimé et le plus pratiqué par les Marocains; son niveau connaît des hauts et des bas mais il reste une valeur sûre du sport marocain.
Le football a connu une saison 2003-2004 très riche malgré des performances variables:
Une belle et inespérée participation à la CAN 2004; ce qui a permis de bâtir une équipe prometteuse qu'il convient d'entretenir;
La vaine tentative pour organiser la coupe du monde 2010;
Un championnat national (GNF 1 et GNF 2) toujours aussi faible et improductif;
Un trophée africain des clubs remporté par le RAJA;
La miraculeuse qualification des olympiques pour Athènes malgré des adversaires de faible niveau;
Ce sport, bien que présent à l'échelle internationale, n'a pas encore atteint le niveau qui devrait être le sien, à l'instar de l'athlétisme, malgré un fort potentiel; c'est un sport qui reste en deçà des espérances en l'absence:
de centres de formations dans la plupart des grandes villes du pays;
de clubs structurés et disposant de moyens adéquats;
d'une politique de relève;
D'infrastructure suffisante;
de stabilité technique;
d'une politique de formation de l'encadrement;
de travail au niveau des catégories de jeunes
de prospection continue ( il faut rendre hommage à l'opération "pieds d'or" initiée par la RTM et bien conduite par le trio: HAMIDOUCH, TIMOUMI et TALEB mais il faut multiplier et généraliser à tous les sports ce genre d'initiatives);
d'une politique de communication efficace;
d'une vision sportive globale;
Les chances de médailles en football sont minces pour ne pas dire quasi nulles car nos deux techniciens: ZAKI et MADIH, au lieu de se concerter pour optimiser les résultats , ont préféré éviter l'affrontement en gardant chacun ses joueurs; malheureusement, ce choix diminue considérablement nos chances aux JO malgré les qualités indéniables des joueurs retenus par M. MADIH; en effet, le renforcement de l'équipe olympique par des joueurs comme: OUADDOU, HAJJI, ZAIRI, SEFRI, voire AL KARKOURI aurait permis, d'une part, à ces joueurs de bien se préparer pour les éliminatoires de la coupe du monde (notamment, pour les matches contre la Tunisie et la Guinée) et, d'autre part, l'équipe olympique aurait accru ses chances de médailles.


- La boxe: Cette discipline a souvent constitué un motif de satisfaction inespéré (rappelons les deux médailles olympiques des frères ACHIK) mais , malgré une participation relativement importante de nos boxeurs, les chances de médailles sont inexistantes; car la préparation n'est pas à la mesure du niveau des JO; de plus, le manque de compétition avec des adversaires de grande valeur manquent beaucoup à nos boxeurs .


- Le Tennis: Après un long et brillant feu d'artifices inespéré et allumé par nos trois mousquetaires (ARAZI, AYNAOUI et ALAMI), le tennis marocain revient, lentement mais sûrement à son niveau initial de figuration.
Nos chances de médailles sont d'autant plus nulles qu'il risque de n'y avoir aucune participation marocaine, en cas de forfait (probable?) de ARAZI et AL AYNAOUI.


- Les autres sports (Hand, Basket, Volley, Natation, Cyclisme, Judo, Gymnastique, etc): continuent de végéter sans moyens, sans infrastructures, sans public, etc.
La plupart des champions dans ces disciplines sont issus, pour les grands pays , du sport scolaire et/ou universitaire. Or, au Maroc , tant que le sport ne sera pas vulgarisé et pratiqué correctement dans les établissements scolaires et universitaires, ces disciplines n'auront aucune chance de sortir de l'anonymat.
Une concertation et un travail commun des hauts responsables du sport et de l'éducation sont nécessaires et obligatoires pour aider ces disciplines à continuer d'exister
Pour ces sports, il serait presque indécent de parler de médailles olympiques, à moins que le Tae kwando ne nous réserve une bonne surprise à l'occasion de sa première participation aux JO.


Conclusion générale
Le public marocain, habitué aux exploits de ses athlètes, risque de vivre à Athènes en 2004, une grosse désillusion car nos chances de médailles sont presque inexistantes.
Tout ce qu'on peut concrètement espérer, c'est que le "fiasco prévisible" soit salvateur et pousse les responsables à se pencher sérieusement sur l'avenir du sport national qui constitue un vecteur important du développement socio-économique et un moyen efficace pour éviter, à la grande majorité de notre jeunesse, au fort potentiel, l'oisiveté et le désespoir.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le