Accéder au contenu principal

La nouvelle donne du 1500 m

Source : AFP

La première défaite depuis quatre ans du Marocain Hicham El Guerrouj dans le 1500 m de la réunion d'athlétisme de Rome, vendredi, a modifié la donne sur une distance qui lui semblait promise à moins de cinquante jours des jeux Olympiques d'Athènes (13-29 août).


Comme son manageur Laurent Boquillet dépité dans les tribunes, El Guerrouj est sous le choc. Prostré dans la zone d'arrivée du Stade Olympique, le quadruple champion du monde du 1500 m est assis, groggy.


En l'espace d'une course, l'empereur des milers vient de vaciller, avec une huitième place indigne.


Jusqu'à présent, le Marocain contrôlait tout et surtout tout le monde.


Depuis 1995, une éternité en athlétisme, il avait remporté 81 de ses 83 courses sur 1500 m ou le mile, dont les 29 dernières.


Ses deux seuls revers sur ces distances, et pas des moindres, étaient jusqu'à présent les deux finales olympiques (1996 et 2000).


Sur la piste romaine, là même où il a battu les -toujours- records du monde du 1500 m (1998) et du mile (1999), Guerrouj a craqué. Explosé même.


Parti derrière le Français Mehdi Baala à la cloche, le Marocain a accéléré comme d'habitude dans la ligne droite opposée. Mais au moment de passer Baala dans le dernier virage, il a calé laissant filer la meute emmenée par le représentant de Bahreïn, Rachid Ramzi, vainqueur, le Kenyan Bernard Lagat (2e) et Baala (3e) pour finir huitième.


Les explications à ce revers, Guerrouj a dû mal à les trouver sitôt la ligne franchie.


"Je ne sais pas ce qui s'est passé. Je n'ai pas encore le rythme", avance-t-il timidement après de longues minutes de silence.


La chose certaine est qu'El Guerrouj est à court de forme.


Ascète de l'entraînement hivernal dans les montagnes marocaines, Guerrouj a été longuement arrêté cet hiver par des problèmes respiratoires, qui l'ont certainement gêné plus qu'il ne veut bien l'admettre.


Du coup, son début de saison estival a été retardé. Pour sa rentrée début juin dans une course pas vraiment significative, sa victoire en Espagne dans un temps modeste (3:36.46), excusé par la naissance de sa fille une semaine plus tôt, avait simplement éveillé les soupçons.


Mais cette fois, la chose semble plus sérieuse pour son premier vrai test. Son chrono romain (3:32.64) correspond à ce qu'il fait d'habitude pour sa première sortie importante. Seulement, cette dernière a habituellement lieu un mois plus tôt.


Alors a-t-il à 29 ans la capacité de combler ce retard à moins de cinquante jours du début des épreuves d'athlétisme aux JO d'Athènes ?


Et pire peut être que ses propres incertitudes, Guerrouj va devoir gérer la nouvelle certitude de ses rivaux décomplexés par ce résultat.


Parmi eux, il y a son dauphin de l'été dernier, Baala encore en progrès depuis sa deuxième place aux Mondiaux l'été dernier, Lagat, son grand rival depuis Sydney, et le nouveau venu Ramzi.


Marocain jusqu'en 2002, le "mercenaire de Casablanca", classé 98e dans la hiérarchie mondiale la saison dernière, a abaissé son record personnel de plus de huit secondes cet été pour devenir l'un des prétendants au podium olympique.


Le rendez-vous important pour Guerrouj maintenant est la réunion de Lausanne dès mardi, avec notamment la présence de Ramzi.


Pour l'instant, Guerrouj sait qu'il va jouer une carte décisive pour la suite de son été. Ou il choisit finalement de ne pas y aller et de rentrer travailler chez lui. Dans ce cas, il confirme ses doutes. Ou bien il décide de courir en Suisse, estimant que la course romaine était juste un accident. Et là, il peut très bien remettre les choses à leurs places en s'imposant. Ou alors perdre. Et là...

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai signé dans

Marouane Chamakh champion avec Bordeaux

Source : AFP Marouane Chamakh, l'attaquant marocain de Bordeaux, auteur de 13 buts cette saison terminée par le titre de champion de France de L1, a déclaré qu'il devrait rester à Bordeaux, ajoutant "cela dépend du président", tandis que son entraîneur Laurent Blanc reste prudent. Après avoir entendu les milliers de personnes réunies sur l'esplanade des Quinconces scander "Chamakh à Bordeaux", le Marocain a déclaré "Oui je vais rester normalement, ça dépend du président", sous le regard amusé de Jean-Louis Triaud, aux commandes du club depuis 1996. Une déclaration cependant nuancée par l'entraîneur girondin Laurent Blanc, qui a ironisé en demandant aux journalistes présents s'ils étaient en possession d'une cassette audio pour immortaliser les déclarations de son attaquant. Ce dernier, qui a inscrit quatre buts dans les cinq dernières journées, avait émis ces dernières semaines le désir de quitter le club, s'il décrochait le tit

Stage de détection des jeunes talents pour l'équipe nationale

Source : MAP Cinquante quatre jeunes joueurs participeront à un stage au Centre national de football Maâmoura du 30 janvier au 03 février, avec pour objectif de détecter de nouveaux joueurs capables de renforcer l'équipe nationale des moins de 16 ans. Ce stage de détection-rattrapage sera animé par six cadres nationaux sous la supervision du directeur technique national Jean-Pierre Morlans et l'entraineur national Abdellah El Idrissi. Les joueurs bénéficiaires (nés en 1994) sont proposés par les clubs et les ligues régionales. Cette opération permettra la sélection de 10 joueurs devant rallier les 24 constituant l'effectif qui avait participé au tournoi de l'Union nord-africaine (UNAF) pour un autre stage prévu du 3 au 7 février à Maâmoura.