Accéder au contenu principal

MILAN SOUFFRIRA QUAND MÊME

Source : l'équipe

Par David MICHEL


Fort d'une avance confortable de deux buts (2-0), le Milan AC va défier ce soir le PSV Eindhoven au Philips Stadion (20h45) avec l'objectif d'accéder à la finale de la Ligue des champions. Au grand complet, les Milanais sont favoris même si le PSV, bien que diminué, sera dangereux puisqu'il n'a plus rien à perdre.


Milan vers sa dixième finale ?


La semaine qui s'annonce est cruciale pour le Milan AC. La Ligue des champions et le Scudetto, ses deux plus grands objectifs de la saison, se jouent en grande partie à cinq jours d'intervalle, contre Eindhoven ce soir, puis face à la Juventus Turin dimanche à domicile en Série A. Si le titre de champion d'Italie est très indécis, le Milan AC, à moins d'une incroyable surprise, devrait se qualifier pour sa dixième finale de Ligue des champions, sa septième depuis 1989. En seize ans, son bilan est exceptionnel avec pas moins de quatre victoires à la clé (1989, 1990, 1994 et 2003) pour deux finales perdues (1993 et 1995), ce qui place le Milan en tête des clubs européens devant la Juventus Turin (quatre finales) et le Real Madrid (trois finales). Les Milanais n'en sont pas encore là, mais presque puisqu'il ne leur reste plus qu'une dernière étape à franchir, celle du PSV Eindhoven, le club qui a vampirisé Monaco et Lyon aux tours précédents. Les deux buts inscrits à l'aller à San Siro (victoire 2-0) constituent un atout considérable pour le Milan au moment de se déplacer au Philips Stadion, l'antre bouillonnant du PSV. Un exploit des joueurs d'Hiddink est toujours possible même si la plupart des voyants sont au vert pour le coleader du Championnat d'Italie.


C'est donc avec une certaine sérénité que le club milanais se rend aux Pays-Bas une semaine après avoir remporté une victoire qui n'a pas reflété complètement les débats. A San Siro, les hommes d'Ancelotti, à défaut d'avoir contrôlé la partie, ont surtout brillé par leur réalisme effarant. L'Ukrainien Shevchenko et le Danois Tomasson, les maîtres artificiers, ont transformé en or deux des rares occasions de but du match. «Le match retour contre le PSV sera plus dur que l'aller. Ils vont devoir emballer la partie alors que nous, notre premier objectif sera de ne pas prendre de but. Notre force est de pouvoir marquer à tout instant et si nous marquons là-bas, la rencontre aura un tout autre visage» assure le Brésilien Cafu. Les Italiens ont en effet beaucoup souffert pour contenir l'inspiration de Néerlandais décomplexés et ont, une nouvelle fois, pu compter sur une grande partie de leur gardien brésilien Dida, encore irréprochable. Conscient qu'un excès de confiance pourrait s'avérer très dangereux, Carlo Ancelotti a mobilisé tout son effectif, lui qui garde un très mauvais souvenir, et on le comprend, de l'élimination de son équipe face au Deportivo La Corogne (4-1, 0-4) l'an passé en quart de finale après avoir gagné le match aller 4-1. Vingt-quatre joueurs (dont trois gardiens) ont embarqué dans l'avion et, cette fois, le technicien transalpin pourra titulariser son international Alessandro Nesta, suspendu mercredi dernier, et s'appuyer sur Vikash Dhorasoo, de retour de blessure, même s'il sera probablement sur le banc.


Le PSV amoindri


La (toute) relative confiance milanaise contraste quelque peu avec l'inquiétude qui domine dans le clan batave. Bien que séduisant à San Siro, le onze d'Hiddink souffre en silence d'avoir encaissé deux buts lors de son unique défaite de l'année. Un handicap loin d'être insurmontable même si sa tâche est loin d'être évidente, d'autant que l'effectif s'est rétréci et donc amoindri avec la suspension du latéral droit Dennis Ooijer et la blessure de l'attaquant américain Damarcus Beasley. Sans compter que trois autres joueurs, et pas des moindres, sont incertains (le défenseur Bouma et les ailiers Park et Farfan). Pour déjouer la forteresse milanaise, le PSV devra montrer un maximum d'audace et prendre à la gorge son adversaire d'entrée de jeu. Il faudra en tout cas réussir ce qu'il n'a pas su faire à l'aller : battre l'impérial portier brésilien Dida qui n'a plus encaissé de but lors des sept derniers matches européens du Milan. «Ne soyons pas naïfs. Il est clair que remonter deux buts sans en encaisser n'est pas une tâche facile, compte tenu de la valeur de cet adversaire. Mais le match aller, s'il s'est soldé par un résultat négatif, me donne pourtant des raisons d'y croire. A Milan, nous méritions au moins de revenir avec un partage (des points). Nous nous étions procuré quatre ou cinq grosses occasions. Mercredi, il s'agira de reproduire une prestation semblable en n'oubliant pas, cette fois, de marquer» a répété très justement l'entraîneur Guus Hiddink devant la presse. «En football, rien n'est impossible» a confié pour sa part le Sud-Coréen Park. Il n'a pas tort.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le