Accéder au contenu principal

Zaki Badou, le destin d'un footballeur hors pair

Source : Le Matin

Etrange destin que celui de Zaki Badou, actuel coach des Lions de l'Atlas. Né il y a 46 ans à Sidi Kacem, rien ne prédestinait ce beau garçon, calme et doux, à une carrière professionnelle footballistique de haut rang.



Car passionné par la chasse, héritage d'un père, également féru des armes, le jeune Zaki aura sa première carabine à l'âge de …5 ans ! Passion qu'il va conjuguer par la suite avec la plongée sous-marine. Des moments qui permettent au sélectionneur national de décongestionner lorsque la pression s'appesantit.


Mais comme pour tous les jeunes de son âge, l'appel du ballon rond est irrésistible. Il commencera à taper dans le ballon, comme ses paires, dans les terrains vagues de "Petit Jean", ancienne appellation française de Sidi Kacem. Le départ du père Baddou pour Bouknadel (région de Salé) pour des raisons professionnelles va complètement bouleverser le destin du jeune “ Ezaki ” (véritable orthographe de son prénom). Arrivé à Bouknadel, la famille Baddou va vaquer à son quotidien. Le départ pour Salé en compagnie de Hajja, sa mère (dont le rôle dans la carrière footballistique de son fils a été prépondérant) va lui permettre de s'affilier à l'ASS.


A la différence des jeunes de son âge, il va opter pour un poste souvent ingrat, celui de gardien de but. Mais son passage à l'ASS va coïncider avec la présence, dans les bois slaouis, d'un grand gardien : Abdellatif Laâlou (qui aura, par la suite, la charge des gardiens de but que Zaki sélectionnera en tant qu'entraîneur de l'équipe nationale). Zaki réalisa qu'il est impossible de garder les bois slaouis tant que Laâlou est gardien titulaire de l'ASS et de … l'équipe nationale ! Le doute commença à s'installer chez le jeune Zaki ; d'autant plus que Laâlou a encore de belles années devant lui. Mais comme il le répète souvent : “chaque fois que je me trouve dans une impasse, Dieu m'en indique la sortie !” Cette “sortie” se présentera sous forme d'une proposition pour signer au prestigieux club de Dar El Beïda (appellation arabe de Casablanca) , le WAC où il entamera une carrière prodigieuse jonchée de distinctions en tous genres, qui commencera en 1978 et s'achèvera dans le professionnalisme en … 1992 !


Une carrière fabuleuse


Après, tout va s'enchaîner pour ce keeper d'exception. Du haut de ses 1 m 88, il va dominer partenaires, et adversaires. Une ascension fulgurante va servir de trace à ce gardien hors du commun. Il remporte la prestigieuse Coupe Mohammed V à Marrakech (1979). Dans la foulée, il est double vainqueur de la Coupe du Trône (1979,1981). Attendez !


Entre 1979 et 1986, il est aussi double champion du Maroc.


Sa montée en flèche dans le monde du football professionnel récompensera un talent incommensurable avec trois stations capitales :


Le parcours en tant que joueur professionnel, celui d'entraîneur des clubs marocains et enfin celui de sélectionneur où son étoile brillera, au firmament international avec l'itinéraire que vous savez !


Son éblouissante carrière au sein de l'équipe nationale marocaine a été marquée par quatre participations, en tant que joueur, à la Coupe d'Afrique des Nations; 1980 (Nigeria, médaille de bronze), 1986 (Egypte, 4e place), 1988 (Maroc, 4e place), et 1992 (Sénégal, 4e place ; il est blessé et remplacé par Azmi).


Une étoile dans le monde du football professionnel


De retour du Mexique où il a été élu un des meilleurs gardiens de but du monde, Zaki ne pouvant pas refuser un contrat alléchant du Real Deportivo de Majorque. Il va signer pour le club ibérique de 1986 jusqu'en 1992.


Un long séjour ponctué par un titre de meilleur joueur étranger de la Liga (1987). Lui succèdera un autre titre, celui du meilleur gardien du championnat espagnol (gardiens de but nationaux et étrangers compris), qu'il gardera jalousement deux saisons durant (1988-89, 1999 – 2000). Entre-temps, il apprendra l'espagnol, l'anglais et le français !


Pour clore une carrière en apothéose en 1991, Zaki qualifiera la Mallorca en finale de la Coupe du Roi (Copa d'El Rey), qu'il perdra contre l'Atletico de Madrid par la plus petite des marges : 1 – O ! Zaki, était lors de la finale, capitaine d'équipe !


Zaki, un entraîneur engagé


Les crampons de joueur raccrochés en tant que joueur, Zaki va porter la casquette d'entraîneur avec brio (pour un coup d'essai ce fut un coup de maître !). Servi par une carrière professionnelle exemplaire, Zaki va suivre une formation qui le conduira dans les écoles prestigieuses comme celle d'Angleterre. Il va plonger dans les livres pour en ressortir muni d'un diplôme qui lui ouvrirait, toutes grandes, les portes du métier difficile d'entraîneur. Zaki n'a pas peur de challenges ! Plusieurs clubs marocains lui feront des propositions pour présider à leurs destinées.


Il commencera avec le FUS de Rabat (1993-1994) avec lequel il ira jusqu'en finale de la Coupe du Trône.


En 1995-1996, deux saisons au WAC et au Sporting de Salé ; deux autres au Chabab de Mohammedia (1996-1998) avec lequel il atteindra les demi-finales de la Coupe de la CAF. Il va retrouver le WAC en 1998-1999, en compagnie duquel il va remporter la Coupe du Trône. Il prolongera avec le WAC une saison de plus, jusqu'en 2000. Il va la couronner avec une finale de la Coupe de la CAF qu'il perdra au profit de l'Etoile du Sahel (1-0 en Tunisie et 2-1 au Maroc). Entre 2000 et 2002, il va s'occuper des célèbres clubs du KACM (Marrakech) et du MAS (Fès).


Zaki, le DTN adulé


C'est une autre étoile qui va briller dans le ciel de Zaki, après celle de capitaine des Lions de l'Atlas. Zaki Badou va alors briller de mille feux! Il devient sélectionneur national en 2000-2004 en pleine phase des éliminatoires de la CAN en Tunisie 2004. Ces matchs éliminatoires vont démontrer que le choix de Zaki, cadre national, était pleinement justifié. Il va faire oublier la déroute du football marocain sous les mandats du Français Henri Michel et du Portugais Humberto Cuelho ! Zaki et le Onze national sortiront grandis avec 5 victoires, 1 nul, 10 buts marqués et 0 encaissé ! Qui dit mieux?


Zaki ne s'arrêtera pas là ! Il va démontrer son grands savoir-faire en matière de coaching. Il va étonner, non seulement des millions des Marocains, mais tout le monde du football international. Sa brillante participation à la CAN tunisienne est plus qu'éloquente : 14 buts marqués, 4 buts encaissés, meilleure attaque, meilleure défense.


Le tout couronné par une place en finale perdue contre le pays organisateur, la Tunisie, par 2 à 1.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le