Accéder au contenu principal

La gestion désastreuse de la FRMF coûte cher au Onze national

Source : l'économiste

Pour gagner, il faut marquer. S’il y a une règle que tout le monde connaît en football, c’est bien celle-là. Mais les lions de l’Atlas ne l’ont manifestement pas compris. Conjugué à la première défaite (0-1) contre les éléphants ivoiriens, le dernier match nul blanc face aux Egyptiens compromet sérieusement les chances du Onze national pour une qualification au second tour de la CAN 2006. Les lions de l’Atlas semblent avoir perdu tout appétit, puisqu’en deux matchs, ils n’ont marqué aucun but. Pour passer en quart de finale, ils doivent gagner contre la Libye par trois buts d’écart et attendre que les pharaons perdent leur match face à des Eléphants déjà qualifiés. Bref, cela relèverait du miracle.


Au-delà des choix tactiques de l’entraîneur M’hamed Fakher et des prestations des joueurs nationaux, il faudrait chercher les causes profondes de ce «quasi-échec» ailleurs que sur un terrain de foot.


Penchons-nous plutôt sur le charivari qui a secoué l’équipe nationale avant le début de la CAN 2006. Nommer un entraîneur, aussi efficace qu’il puisse être, à dix jours de la compétition, ne relève vraiment pas de la bonne gestion. Qu’est-ce qui s’est réellement passé entre la Fédération royale marocaine de football (FRMF) et Philippe Troussier pour que ce dernier «dépose sa démission» à deux semaines de la compétition? Pourquoi désigner un entraîneur, peu importe lequel, pour dire après que «la Fédération avait des vues très différentes des siennes, et qu’une telle situation ne pouvait durer?» comme l’avait si bien expliqué Mohamed Aouzal, vice-président de la FRMF.


Autant de questions que les Marocains se posent mais pour lesquelles il n’y aura manifestement pas de réponse.


Une chose est sûre: les lions de l’Atlas ont bien joué, mais ils ont été battus par leur propre fédération. Cette dernière leur a manqué -et à tous les Marocains- de respect en adoptant une gestion pour le moins désastreuse. Petit rappel des faits: à quelques mois de la CAN 2006, Badou Zaki (qui a conduit le Onze national en finale de la dernière CAN en Tunisie et qui n’a perdu qu’un seul match officiel sur les 22 joués) est poussé à partir après le nul contre la même Tunisie et l’élimination de la Coupe du Monde 2006. Signalons que le traitement réservé par certains médias, surtout audiovisuels, à cet épisode, avait pratiquement tourné au règlement de compte personnel avec Zaki. Les téléspectateurs de la «Majjala Riadia», diffusée par la chaîne d’Aïn Sebaâ, s’en souviennent très bien. Après la démission de Zaki, des négociations seront engagées par les responsables de la FRMF pour trouver un nouvel entraîneur. Le choix tombe sur Philippe Troussier, qui a fait ses preuves avec le Japon lors du dernier Mondial. Mais des différends éclatent entre «le sorcier blanc» et les responsables de la FRMF. Pour des raisons connues et qui n’ont convaincu personne, Troussier quitte la sélection. En tout et pour tout, il aura entraîné l’équipe nationale pendant deux mois. Fakher est alors appelé à la rescousse et l’entraîneur des FAR de Rabat accepte. Un cadeau empoisonné. Il dispose de moins de deux semaines pour tout savoir sur la sélection: le choix des joueurs, la stratégie à adopter… Pour ce faire, il programme trois rencontres amicales pour ses poulains en moins d’une semaine. Les conséquences de ces matchs se ressentiront sur un effectif usé. De plus, Zairi et Ouadou, blessés, ont été incapables de jouer les deux premiers matchs déterminants pour le groupe. Sauf miracle, les lions de l’Atlas ne passeront même pas le premier tour de cette compétition. Après l’euphorie de la CAN 2004, l’élimination au premier tour de cette édition sera dure à avaler.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai signé dans

Marouane Chamakh champion avec Bordeaux

Source : AFP Marouane Chamakh, l'attaquant marocain de Bordeaux, auteur de 13 buts cette saison terminée par le titre de champion de France de L1, a déclaré qu'il devrait rester à Bordeaux, ajoutant "cela dépend du président", tandis que son entraîneur Laurent Blanc reste prudent. Après avoir entendu les milliers de personnes réunies sur l'esplanade des Quinconces scander "Chamakh à Bordeaux", le Marocain a déclaré "Oui je vais rester normalement, ça dépend du président", sous le regard amusé de Jean-Louis Triaud, aux commandes du club depuis 1996. Une déclaration cependant nuancée par l'entraîneur girondin Laurent Blanc, qui a ironisé en demandant aux journalistes présents s'ils étaient en possession d'une cassette audio pour immortaliser les déclarations de son attaquant. Ce dernier, qui a inscrit quatre buts dans les cinq dernières journées, avait émis ces dernières semaines le désir de quitter le club, s'il décrochait le tit

Stage de détection des jeunes talents pour l'équipe nationale

Source : MAP Cinquante quatre jeunes joueurs participeront à un stage au Centre national de football Maâmoura du 30 janvier au 03 février, avec pour objectif de détecter de nouveaux joueurs capables de renforcer l'équipe nationale des moins de 16 ans. Ce stage de détection-rattrapage sera animé par six cadres nationaux sous la supervision du directeur technique national Jean-Pierre Morlans et l'entraineur national Abdellah El Idrissi. Les joueurs bénéficiaires (nés en 1994) sont proposés par les clubs et les ligues régionales. Cette opération permettra la sélection de 10 joueurs devant rallier les 24 constituant l'effectif qui avait participé au tournoi de l'Union nord-africaine (UNAF) pour un autre stage prévu du 3 au 7 février à Maâmoura.