Accéder au contenu principal

Zaki contre tous

Source : Le journal

Un sélectionneur national arrogant, isolé mais ferme jusqu'à la psychorigidité sur ses positions. Un président de la Fédération royale marocaine de football qui n'ose plus user de son pouvoir discrétionnaire. Un bureau fédéral qui attend la bérézina pour reprendre le contrôle de la fédération. A trois semaines d'un Tunisie-Maroc décisif, le bateau ivre du football marocain se dirige, à moins d'un miracle, vers le récif.



A qui peut-on imputer cette chronique d'un échec annoncé. « A la couardise des membres du bureau fédéral qui, dans leur recherche permanente du consensus, ont peur de taper sur la table », souligne le chroniqueur sportif Najib Salmi. Car exprimer son désaccord avec les choix tactiques et techniques de Baddou Zaki reviendrait à lui demander des comptes, à exprimer leur désaccord sur la place publique.. à envoyer d'une certaine manière, leur mentor le général en première ligne.


Quant à Hosni Benslimane au faîte de sa puissance il n'a pas réussi à imposer sa vision (essentiellement le retour de Naybet) à un Zaki de plus en plus conscient de sa puissance. Le sélectionneur national a compris une chose : personne n'osera le virer à quelques jours d'un match-clé. « Personne n'a envie de prendre ses responsabilités vis-à-vis de Zaki car personne ne veut se mettre en porte-à-faux avec ses protecteurs », souligne cet ancien membre de la fédération.


Qui sont donc ces protecteurs ? Le prince Moulay Rachid serait un fervent supporter de Zaki. Tout le monde le sait dans le milieu et cette relation supposée interfère sur les rapports entre les membres du bureau fédéral et même du général Benslimane avec le coach. Et cette situation existe parce que et le président de la fédération (élu sur injonction de la FIFA) et les membres du bureau fédéral ne représentent pas de manière démocratique les clubs et les intérêts du football marocain. Si Benslimane , Aouzal et les autres mentors du football étaient comptables de leurs actes devant l'assemblée du football marocain, ils prendraient leurs responsabilités. Parachutés par le général (c'est lui qui a la latitude de choisir les membres du BF), ils lui doivent leur place. Personne ne fera donc des vagues qui puissent lui être préjudiciables.


Cette situation malheureusement est d'une banalité affligeante dans la société marocaine. On la retrouve dans le champ politique avec des leaders de partis qui préfèrent l'immobilisme plutôt que d'être dissonnants avec la « pensée unique nationale ». Ce blocage que connaît le football marocain, il faut l'imputer à l'absence de responsabilités des acteurs. Etre responsable étymologiquement, c'est pouvoir répondre de ses actes, être questionné sur sa gestion, perdre sa fonction si l'on n'obtient pas des résultats. En cas de défaite en Tunisie et surfant sur la déception de l'opinion publique, les membres de la fédération auront toute la « légitimité » pour limoger Zaki. Mais en cas de victoire, il aura aussi vaincu le système imposé des rentiers du football marocain. Et rien que pour ça la victoire n'en sera que plus belle…

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai signé dans

35 joueurs présélectionnés en prévision du match amical Maroc-Congo

Source : MAP La Fédération royale marocaine de football a convoqué 35 joueurs pour un stage de présélection, en prévision du match amical devant opposer le Maroc au Congo le 12 août prochain au complexe sportif Moulay Abdellah de Rabat. De nouveaux noms ont été retenus dans cette liste des présélectionnés à savoir Brahim Nakkach (FAR Rabat), Adil Fahim (Moghreb Fès), Younes Kaboul (Portsmouth/Anglettere), Mehdi Amine El Moutaqui (Clerment Foot/France). Cette liste marque aussi le retour de Abderrahmane Kabous (Real Murcia/Espagne), Jaouad Zairi (Olympiakos Le Pirée /Grèce) et Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech). Le match Maroc-Congo entre dans le cadre de la préparation des Lions de l'Atlas au prochain match de qualifications Coupe d'Afrique des nations/Mondial 2010. La liste des joueurs présélectionnés:. 01-Nadir Lamiaghri (Wydad Casablanca/Maroc). 02-Karim Fegrouche (Wydad Casablanca/Maroc). 03-Brahim Zaari (FC Den Bosch/Pays-Bas). 04-Abdelilah Bagui (Kawkab Marrakech/Maroc).

Hassan Shehata au Maroc

Source : L'opinion On peut trouver agaçant, et on aura raison, cette manie qui ont certains de demander à tous les techniciens qu'ils rencontrent s'ils seraient prêts à venir au Maroc pour " s'occuper " de l'équipe nationale. Ainsi Hassan Shehata, le coach égyptien, trois fois champions d'Afrique et qui vient de prolonger, jusqu'en 2014, son contrat avec la fédération de son pays, qui répond " qu'il serait prêt à entraîner le onze national marocain ". Ah bon Est-ce que la FRMF est intéressée Elle ne l'a jamais dit Alors de quoi parle-t-on On a l'impression que le Maroc est devenu un pays sans ressources, sans forces propres, sans mémoire et qu'il est là à solliciter qu'on veuille bien venir le tirer d'affaire. C'est regrettable et dommageable pour l'image de marque de notre football. Et puis Hassan Shehata réussirait-il au Maroc Pas sûr même s'il reste poli et mesuré avec tous les intervieweurs.