Accéder au contenu principal

Athènes: Adil Belgaïd rêve du podium

Source : MAP

Par Mohamed Benchrif


Le Marocain Adil Belgaïd, sur qui le judo marocain fonde de grands espoirs pour réaliser l'inédit exploit de monter sur le podium d'Athènes, sera à sa troisième participation consécutive à l'occasion des jeux olympiques d'Athènes (13-29 août).



Fort de sa longue expérience accumulée durant sa carrière, de ses qualités intrinsèques et de son potentiel enrichi au fil des tournois, Belgaid ne se rendra pas à Athènes pour un voyage touristique, mais pour convoiter l'une des médailles en jeu de sa catégorie (-81 kg), une ambition qui n'est pas une sinécure.


"Je désire faire de ma dernière participation aux J.O la meilleure et contribuer à placer le judo national dans le panthéon de l'olympe pour qu'il devienne la troisième discipline à donner satisfaction et offrir au Maroc une médaille après l'athlétisme et la boxe", a souhaité le judoka le plus titré du pays pour qui le temps de la qualification pour la simple participation est révolu.


Contrairement à son compatriote Younès Ahamdi (-60 kg) qui a poinçonné son ticket très tôt, Adil, suspendu un temps par la fédération royale marocaine puis gracié, a longtemps souffert de cette absence des compétitions et a dû entreprendre un véritable parcours de combattant pour revenir au top.


En dépit de ces circonstances sapant le moral de plus d'un sportif associées à son âge (34 ans) qui n'est pas automatiquement un signe de faiblesse, Belgaid, mû par la volonté d'un gladiateur, s'est admirablement surpassé pour arracher l'argent africain de Tunis alors que seul le titre continental, qu'il a étrenné à six reprises, le fait encore écumer les tatamis.


Ce titre de vice-champion ne lui a pas pour autant ouvert les portes d'Athènes et il a dû attendre dans l'expectative et l'angoisse la décision de la Confédération africaine pour lui céder la place du Tunisien Abdeslam Arouss qui a déclaré forfait.


Une décision qui sera entérinée par la fédération royale marocaine de judo. Le sésame pour Athènes n'a été ainsi acquis qu'après une pénible et longue traversée du désert, très vite effacée de sa mémoire et transformée en immense joie puisque la qualification est, en elle même, un mérite, un exploit non négligeable et une qualité de valeur.


Pour les deux judokas nationaux, la qualification n'est toutefois pas une fin en soi mais une principale étape qu'il faut confirmer pour s'ouvrir le chemin de la gloire dans ce sport de lutte traditionnelle japonaise qui avait fait sa première apparition en JO en 1964 à Tokyo sans toutefois être intégré au programme de l'édition suivante de Mexico 68, mais devenant sport olympique à Munich (1972).


Un vieux rêve


Le judo national, en raison de la faiblesse des moyens dont il dispose, ne pourra atteindre les cimes aux olympiades en dépit de sa participation régulière depuis 1972 quand la qualification s'obtenait sans passer par les éliminatoires et ce jusqu'à Atlanta en 1996.


Plusieurs générations se sont succédé sans pour autant caresser ce rêve du podium, allant de Belaatar, Tito, Jiraoui, Belahmira, Slimani, Hamza et Maach puis l'actuelle avec Belgaid, Chorfi Idrissi, Attaf Safouane et Younès Ahamdi. Ils se sont contentés de faire de la simple figuration.


Belgaid, considéré comme la locomotive du judo national, est le plus titré des judokas nationaux avec six couronnes continentales et trois du monde arabe. Par deux fois, il avait occupé la 7ème place des mondiaux à Hamilton aux USA (1993) et à Munich en 2001 avec en cours de route le bronze du championnat du monde universitaire 1994.


Son palmarès est également étoffé de deux médailles de bronze aux jeux méditerranéens en 1993 à Languedoc et Rossillon (France) et en 1997 à Bari ainsi que d'une médaille de la même couleur aux jeux de la francophonie de 1994 à Paris puis d'Ottawa (Canada) en 2001.


Il compte arrêter sa carrière sportive après ces olympiades. "Je mettrai fin à ma carrière professionnelle après les jeux. Je préfère partir alors que je suis au sommet de mon art pour ne pas être poussé vers la sortie", avait-il déclaré à la MAP.


Adil et Younès savent pertinemment que leur tâche sera ardue lors de cette belle aventure et que la chance peut aussi intervenir dans ce genre d'événement. "Notre souhait est de bénéficier de la clémence du tirage au sort surtout dans les premiers tours qui constituent souvent l'obstacle infranchissable. Plus le judoka progresse dans un tableau plus ses chances deviennent fortes", a indiqué à la MAP le vétéran marocain du circuit mondial.


Son rêve du podium n'a pas d'égale pour concrétiser enfin ce rêve longtemps caressé après un déficit d'expérience lors de sa première apparition à Atlanta (1996) et la malchance à Sydney. Son expérience sera un atout majeur dans cet objectif même si le chemin du couronnement est parsemé d'embûches. Il est conscient qu'Athènes est son ultime opportunité pour entrer dans l'histoire.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le