Accéder au contenu principal

Nawal El Moutawakel : Jamais un succès n’est définitif et jamais un échec n’est fatal

Source : CIO

Revue Olympique


Première femme africaine arabe et musulmane à devenir championne olympique, Nawal El Moutawakel est rompue à l’art de résoudre les difficultés. Avec l’expérience acquise aussi bien à travers sa collaboration avec le gouvernement marocain qu’en sa qualité de membre du conseil de l’Association Internationale des Fédérations d’Athlétisme (IAAF) et de plusieurs commissions du CIO dont elle est membre depuis 1998, Nawal El Moutawakel explique quelles responsabilités incombent à la commission d’évaluation et comment, avec son équipe à la compétence et au savoir-faire reconnus, elle s’acquittera de sa mission.



Quel est le rôle de la commission que vous présidez ?


Avant tout, étudier et analyser les dossiers de candidature. Lors des visites dans chaque ville, la commission a pour tâche de vérifier les faits et d’évaluer les risques pour le CIO. Ensuite, elle rédige un rapport qui sera distribué à tous les membres du CIO qui, je vous le rappelle, n’ont plus le droit de visiter les villes ni de recevoir les représentants de ces villes. Son mandat s’achèvera à la Session de Singapour avec l’élection de la ville hôte pour les Jeux de la XXXe Olympiade en 2012.


Comment voyez-vous votre rôle au sein de cette commission ? Et quel est le principal défi ?


Comme j’ai souvent eu l’occasion de le dire : je travaillerai avec toute une équipe parce que celui qui gagne seul a déjà tout perdu. Mon rôle est celui d’une coordonnatrice, d’un chef d’orchestre dont les musiciens, venus des cinq continents, sont des experts reconnus dans leurs domaines respectifs. La commission a, devant elle, cinq villes candidates toutes aussi prestigieuses les unes que les autres.
Aujourd’hui, organiser les Jeux Olympiques est un projet de grande envergure et fort complexe, non seulement pour la ville mais également pour le pays – ce qui suscite toujours des débats passionnés et parfois des critiques sévères. C’est pourquoi il n’y aura pas de classement dans notre rapport. Le CIO souhaite avant tout des Jeux qui soient bénéfiques à tout le Mouvement olympique et des Jeux réussis qui laisseront un héritage urbain et sportif positif à la ville et au pays hôtes.


Vous avez été championne olympique en 1984. En quoi votre expérience d’athlète vous aide-t-elle dans votre fonction ?


L’athlète reste la priorité du Mouvement olympique. Sans lui, il n’y aurait pas de Jeux. Aussi, le CIO attache-t-il beaucoup d’importance à ce que les conditions à l’entraînement et lors des compétitions, et les conditions relatives à l’hébergement ou au transport, soient les meilleures possibles pour les athlètes. Cela signifie aussi qu’il faut des sites et des installations de qualité, ainsi que des personnes compétentes.
Par ailleurs, je comprends fort bien l’envie que l’on peut avoir d’aller jusqu’au bout de ses efforts et de gagner coûte que coûte. Au fil de ma carrière sportive et professionnelle, j’ai pris l’habitude de franchir des barrières, tout comme les cinq villes finalistes qui ont dû passer plusieurs étapes avant de se retrouver dans la dernière ligne droite. Je connais l’importance d’une telle course vers la victoire. Mais pas à n’importe quel prix !


Avez-vous alors un message à transmettre aux cinq villes candidates actuelles et aux futures villes candidates ?


Comme dans toute compétition, il y aura un vainqueur et un vaincu. Chaque ville candidate doit garder cela à l’esprit et se préparer aux deux éventualités, avec fair-play. Mais au fil de ces années de candidature, elles auront vécu d’extraordinaires moments ensemble, partageant parfois les mêmes difficultés, mais toujours la même passion et le même rêve : celui d’offrir à la jeunesse de leur pays et du monde l’envie de participer à ce grand festival quadriennal.
Une candidature doit susciter l’enthousiasme et unir les populations. Quoi qu’il arrive le 6 juillet 2005, chaque ville doit se dire qu’elle a donné le meilleur d’elle-même. Car jamais un succès n’est définitif et jamais un échec n’est fatal. Seul compte le courage.


PROCHAINES ÉTAPES


- 3 février - 17 mars 2005 : visite de la commission d’évaluation aux villes candidates (ordre déterminé par des considérations logistiques) :
• 3 - 6 février 2005 : Madrid
• 16 - 19 février 2005 : Londres
• 21 - 24 février 2005 : New York
• 9 - 12 mars 2005 : Paris
• 14 - 17 mars 2005 : Moscou


- Au plus tard un mois avant l’ouverture de la 117e Session : envoi du rapport de la commission d’évaluation aux membres du CIO et rapport rendu public


- 6 juillet 2005 : présentation des villes devant la 117e Session, rapport de la présidente de la commission d’évaluation, élection de la ville hôte des Jeux de 2012.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le