Accéder au contenu principal

Le Real Madrid jouera à Tétouan avec toutes ses vedettes

Source : L'opinion

Deux saisons consécutives, le Réal Madrid des « Galactiques » n’a obtenu aucun titre. Ce qui explique que la grande place de « las cibeles » n’a pas connu de fête depuis 2003. Pourtant la FIFA vient de lui décerner un prix de haut niveau mondial, celui de la meilleure équipe du XXème siècle.



Son président Florentino Perez en est fier et sa dernière visite à Tétouan capitale des supporters du club madrilène a montré la grandeur et la popularité d’un Réal qui a des milliers de sympathisants marocains qui suivent et connaissent le championnat de la Liga mieux que les propres espagnols.


S’entretenir avec Florentino Perez, l’un des meilleurs dirigeants du monde, c’est s’instruire. A l’entendre parler, tout journaliste s’acquiert une culture footballistique de grand niveau. Face à lui, on avait l’impression d’être devant un chef d’Etat ou un Premier ministre. A vrai dire, le Réal Madrid est une civilisation, un progrès, une institution modèle, une administration exemplaire. Comme nous l’avons relaté dans l’une de nos dernières éditions après notre visite au club de Santiago Bernabeu situé à l’avenue Concha Espina du passeo la Castellana, le siège de la formation madrilène ressemble à un grand ministère avec ses nombreux secrétaires et hôtesses d’accueil. Si à Madrid, il était impossible de l’interviewer, à Tétouan, Florentino Perez était prêt à répondre à toutes les questions. Ecoutons-le :


Q : Bonsoir, monsieur le président. Pourriez-vous nous accorder un entretien ?


R : Avec plaisir. Mais quel organe de presse, représentez-vous ?


Q : L’Opinion ! Comment évaluez-vous la saison 2004-2005 du Real ?


R : Comme toujours, ils avait des déceptions et des satisfactions. C’est la loi du football.


Q : Commençons par les déceptions !


R : Le Réal a tout raté : la Coupe d’Europe,le championnat - Liga et la Coupe d’Espagne.


Q : Et les satisfactions ?


R : Sur le plan financier, nous avons réussi à assainir notre trésorerie qui ne connaît plus de dette. Sur le plan sportif, nous avons la meilleure cité sportive du monde avec une multitude de terrains : ce qui constitue le plus grand projet de toute l’histoire du club madrilène.


Q : Deux saisons consécutives, le Réal n’a remporté aucun titre. Qu’en pensez-vous ?


R : Comme je vous l’ai déjà dit, c’est la loi du football. Dans un match, nous devons accepter les trois résultats : la victoire, le nul, la défaite. En plus, plusieurs facteurs déterminent la situation de toute équipe. La saison dernière, le titre de la Liga était à notre portée à la suite d’une marche très régulière. Malheureusement le faux pas de Monaco devait d’une part nous éliminer en Coupe d’Europe, d’autre part décourager nos joueurs en championnat pour donner l’avance à Valence. Cette saison, notre équipe aurait remporté le titre si Barcelone avait perdu un ou deux matches.


Q : Ne croyez-vous pas qu’il existe dans votre club une défaillance sur le plan technique ? Etes-vous satisfait de vos entraîneurs et préparateurs physiques ?


R : Le staff technique du Réal constitue un groupe homogène où règne une ambiance de compétence, de compréhension et de concertation.


Il est à féliciter parce qu’il a accompli une mission irréprochable. La preuve, c’est que la comité-directeur a pris la décision de son maintien pour la saison prochaine.


Q : Dans ce cas, l’entraîneur brésilien Luxembourgo sera encore une année le premier responsable de l’effectif sur le banc de touche ?


R : Effectivement ! Luxembourgo est l’entraîneur idéal de l’équipe pour le moment pour assurer la continuité.


Q : Vous parlez de continuité, un terme cher à la politique du club. Pourtant, cette saison, trois entraîneurs se sont succédé à la direction technique. Qu’en dites-vous ?


R : C’était une erreur imposée par plusieurs circonstances. Le choix de l’entraîneur de Camacho était à sa place puisqu’il s’agissait d’un homme de la « maison » qui connaissait bien le milieu et les vestiaires du Real Madrid. Après sa démission, Garcia Remon avait pris la relève provisoirement en attendant l’arrivée de Luxembourgo.


Q : Où en sont les nouveaux recrutements pour renforcer l’effectif, Robinho du Santos, Ronaldo du Manchester, Joaquin, Ramos Flores, Emerson signeront-ils au Real ?


R : Tous les meilleurs joueurs du monde nous intéressent. Mais pour le moment, rien n’est officiel à l’exception des spéculations de la presse. Le staff technique, mes collaborateurs et moi, nous attendons la fin du championnat pour nous prononcer sur les besoins de l’effectif.


Q : Vous n’avancez aucun nom ?


R : Non ! Tout ce qu’il y a pour le moment, c’est que nous avons réussi à convaincre notre gardien de but Iker Casillas à prolonger son contrat jusqu’au 2011.


Q : Quel est le vrai objectif de votre visite à Tétouan ?


R : L’objectif de ma visite à travers le monde entier consiste à œuvrer pour rendre mon club universel. C’est merveilleux d’avoir des supporters en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique, en Océanie et même en Australie. Le charme du football du Real qui attire de jour en jour de nombreux sympathisants me permet de découvrir tout le continent. Me voici pour la première fois à Tétouan, une ville sympathique à vocation footballistique. Nous voulons continuer à maintenir notre niveau afin que les « PEÑAS » puissent naître partout. A vrai dire, c’est grâce aux étrangers, ses membres, notre équipe est devenue universelle.


Q : Des projets en perspective au Maroc ?


R : Oui ! Nous comptons travailler avec les enfants qui constituent l’avenir. Nous souhaitons que le Maroc soit un lieu où les écoles de football seront ouvertes sous notre direction. Je pense qu’il existe déjà des pourparlers pour la création de deux centres de formation à Tanger et à Marrakech.


Q : Votre séjour au Maroc est trop court. Vous n’avez visité que Tétouan et les autres villes ?


R : C’est une question de temps. Le président du Real Madrid a toujours un agenda de travail trop chargé. J’ai programmé deux autres visites en juillet prochain à Tanger et à Casablanca où deux PEÑAS viennent d’être créées.


Q : Le Real Madrid au Maroc, est-ce possible ?


R : Le Real Madrid viendra à Tétouan avec toutes ses vedettes pour satisfaire les nombreux supporters nordistes.


Propos recueillis par Rachid MADANI

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le