Accéder au contenu principal

Reportage : La nuit où tout a basculé

Source : telquel

Vendredi soir, Saâd Kettani dormait avec 13 voix en poche. Samedi, au réveil, il n’en avait plus que 10. Chronique de deux jours plats et d’une nuit mouvementée qui ne se répèteront pas avant au moins deux décennies.


Par Driss Bennani



"Ramenez-nous la Coupe, c’est tout ce qu’on vous demande". C’est à croire que les douaniers de l’aéroport Mohammed V se sont tous donné le mot ce jour là. Pas un uniforme bleu qui ne répète pas sa formule avec plus ou moins d’enthousiasme, avant de (gentiment) céder le passage aux membres de la
délégation marocaine, qui assistera à l’annonce du pays organisateur de la coupe du monde à Zurich. À bord de l’avion affrété par la RAM, l’ambiance est plutôt bon enfant. Les officiels, installés en première classe, se laissent facilement aborder par les dizaines de journalistes du voyage. On y croit, sans plus.
Il est 18 heures 30 (heure suisse), quand nous arrivons à Zurich. Il fait gris et lourd. La ville est calme. Rien ou presque ne laisse penser que c’est vers ce petit bout de terre que des millions de regards seront tournés dans deux jours. Le prince My Rachid est là depuis hier. Ce soir, il donne une réception… privée.


Vendredi matin, première petite déception. Il n'y aura pas d’expositions cette année. "Lors des précédentes éditions, explique ce journaliste sportif, les pays candidats aménageaient des stands pour présenter leurs candidatures. Une sorte de salon animé tout au long de la journée". Cette année, rien de tout cela. En tout, la FIFA a prévu une tente à l’extérieur du World Trade Center de Zurich pour délivrer les accréditations à la presse et un centre de médias au fond d’un couloir mal éclairé.
Au même moment, à l’autre bout de la ville, Joseph S. Blatter posait, en grande pompe, la première pierre du nouvel "Home of FIFA", le nouveau siège de la fédération internationale. Grands absents, les Marocains. Aucun n’a fait le déplacement (tout le monde était pourtant invité), alors que Mandela y assiste personnellement, à la tête d’une nombreuse délégation. Il est le seul à apparaître aux côtés de Blatter pour les photos de la cérémonie. L’Afrique du Sud marque un premier point.
Il sera vite rattrapé par les marocains lors des présentations faites devant le comité exécutif de la FIFA, au siège de l’organisation, mis sous haute surveillance à partir de 13 heures. Pendant un peu plus de 45 minutes, les officiels ont défendu les chances marocaines. Le coup des "clés du royaume" n’a pas laissé indifférent. Dans le centre de presse du World Trade Center, les journalistes internationaux sont sous le charme. "L’idée est originale et courageuse", commente ce grand reporter britannique. Bientôt, c’est au tour de la Tunisie… de se retirer de la course. Les 24 votants respectent quand même leur programme et se donnent une heure de pause (temps initialement alloué à la présentation tunisienne). Chance inespérée pour les nôtres puisque pendant plus de 50 minutes, on ne parlera que de leur présentation. Dans leurs correspondances, les reporters internationaux citent désormais le Maroc comme un sérieux challenger de l’Afrique du Sud, qui est toujours donnée favorite.
Quelques minutes avant le début de la présentation sud- africaine, la délégation officielle marocaine arrive au World Trade Center. Sur l’esplanade extérieure, le ton est festif. Alors que Kettani enchaîne les interviews, Hosni Benslimane converse avec les quelques journalistes qui l’entourent. Le général est inhabituellement joyeux et se permet même de lancer des vannes à ses interlocuteurs. Jamais on ne l’a vu aussi déridé. L’équipe Maroc 2010 souffle un grand coup. "Nous ne pouvons plus rien nous reprocher. Maintenant, tout est entre les mains de la FIFA", lance l’un d’eux. Jusqu’à la fin, les officiels marocains assisteront (au grand complet) aux présentations des autres pays candidats.
Le soir, ils donnent une réception au Mariott. Toute la délégation marocaine y est conviée. En tout, plus de 300 personnes entre artistes, sportifs et parlementaires. Ironique, un journaliste lancera : "Mais qui est donc resté au pays ?". Paradoxal, la plus grosse délégation (marocaine, donc) a aussi été la moins visible. Tout au long du séjour, les 300 artistes, sportifs et parlementaires sont restés enfermés dans leurs hôtels. Appréciez l’explication d’un organisateur : "Ils sont arrivés en groupe, notre principal souci a été de les loger puis d’organiser leurs déplacements. Beaucoup n’ont pas d’accréditations et ne peuvent donc accéder à aucun site". Ils auront au moins vu Zurich …
Dans la salle, il y a le général Benslimane, évidemment. Nawal Moutawakil est là également tout comme les grands patrons du pays. Un seul manque à l’appel : Saâd Kettani. Il arrive alors que la réception touche à sa fin, triomphal. Son entrée dans la salle est accompagnée d’applaudissements, d’ovations et de youyous lancés par les dames les plus en vue du royaume. Où était-il ? Il ne le dira pas : "C’est indiscret, voyons !". À moitié surpris par l’accueil qui lui est réservé, il lance un assez révélateur "nous fêterons ça demain". En fait, expliquent des proches de Kettani, le chargé de la candidature marocaine revenait tout juste de chez le président de la Concacaf (États-Unis, Costa Rica, îles Tonga) qui lui aurait promis les trois voix de sa confédération. Résultat : Saâd Kettani était supposé dormir avec 13 voix en poche ce soir là. Ce qu’affirmera d’ailleurs plus tard Ben Hammam, s’exprimant sur une chaîne qatarie : "Sur le coup de minuit, le Maroc avait effectivement treize voix assurées".
Sauf qu’en fin de soirée, des bruits courent déjà dans les cafés du vieux Zurich où se retrouvaient les journalistes et membres des différentes délégations. Ce soir, Mandela aurait dîné avec Blatter. Karim, journaliste tunisien garde toute sa lucidité malgré les quelques verres consommés pour lancer : "Quand je regarde les Sud-Africains, je me rends compte d’une chose, c’est que ces gens sont venus célébrer une victoire. Blatter fera tout pour tenir la promesse qu’il leur avait faite il y a quelques années".


Samedi matin, les Marocains ont la gueule de bois (ça n’a rien à voir avec la virée au vieux Zurich). Le réveil est difficile. Le jour J était enfin arrivé. Les premiers pronostics fusent dès le petit déjeuner. Tendance générale : un premier tour qui élimine l’Égypte, et un second dont l’issue ne sera pas sûre. Peu avant neuf heures, les calculs sont bouleversés par les infos en provenance du siège du domaine réservé de S. Blatter. Le vote a pris moins d’une heure. Il n'y a donc eu qu’un seul tour. C’est mauvais signe. Pourquoi, alors que Kettani était assuré d’avoir 13 voix, quelques heures auparavant ? La réponse est très simple, les mêmes membres de la Concacaf (et d’autres, selon certaines versions) ont été reçus par Mandela le soir même. Ils auraient changé de camp.
La délégation sud-africaine sera la première à arriver à la grande salle du World Trade Center, lieu de la conférence de presse, tous coiffés d’un casque de chantier, drapés des couleurs sud-africaines et soufflant dans des trompettes colorées. 11 heures 20, une dépêche donne, sur un ton prudent, l’Afrique du Sud gagnante.
La délégation marocaine arrive en dernier, vers 11 heures 30. Les traits sont graves. Les officiels marocains subissent les fouilles à l’entrée, comme tout le monde. Des larmes ont même déjà coulé sur certaines joues.
Karim, le journaliste tunisien, réussit à interviewer Kettani mais ne semble pas satisfait de son entretien : "Il est dérangé, je ne l’ai jamais vu aussi pessimiste. Il n’a pas répondu à mes questions. Au lieu de cela, il s’est mis à remercier tous ceux qui ont soutenu ou encouragé la candidature marocaine".
Midi, on installe les invités de la FIFA. Des anciens joueurs ou des responsables de fédérations nationales. Beaucoup portent les pin’s sud-africains. À tout Mandela tout honneur, toute la salle est debout quand l’ex-président fait son entrée dans la salle… avec plus de 10 minutes de retard. C’est le secrétaire général de la FIFA qui s’en excusera. Blatter fait une entrée pour le moins spectaculaire et essaie de faire durer le suspense… pour le plus grand bonheur des Sud-Africains. Le petit carton qu’il fait sortir de son enveloppe déchaîne les foules du pays de Mandela. Les Marocains, qui s’y attendaient pourtant, sont abattus. La délégation officielle se retire dans une salle à côté. Beaucoup pleurent à chaudes larmes. Jusqu’à la lecture du (terrible) mot "South Africa" sur le petit carton de Blatter, tout le monde y a cru. Un peu, beaucoup.
La Concacaf a donc changé de camp. Blatter, qui a longtemps promis de ne pas le faire, a fini par voter pour minimiser les risques. Résultat : 14 - 10. Sans appel.
Les membres de la délégation marocaine mettront du temps pour sortir de la salle et parler à la presse. Dans les couloirs du World Trade Center, Kettani qui se dirigeait vers le plateau de 2M, reçoit un coup de fil. C’est le roi. Kettani semble acquiescer par des "n’aâm a sidi", Mohammed VI semble le consoler. Le mot du roi est clair, il sera d’ailleurs présent dans toutes les déclarations : "Le Maroc poursuivra ses programmes de développement avec ou sans Coupe du monde". Ce sera sans.



Hommage : L’équipe Maroc 2010 a mouillé le maillot


En huit mois, notre candidature a connu une remontée spectaculaire. Dans le cœur des Marocains, tout d’abord, qui exprimaient en 2003 - via un sondage des plus sérieux - 90% d’opinions sceptiques, voire hostiles à l’idée de présenter notre dossier. La veille du scrutin, l’opinion était corps et âme acquise à notre dossier. Deux facteurs majeurs pour expliquer ce retournement de situation : la bonne performance des Lions de l’Atlas et l’excellent travail de l’équipe Maroc 2010. Chez les votants également, nous sommes passés de 2 voix en 2006 à 10 en 2010, grâce au travail de la même équipe. Il faut donc rendre hommage aux M’hammed Zghari, Youssef Bencheqroun, Mohammed Boutaleb, Lamia Boutaleb, Farida Jirari, Ismail Douiri, Bachir Thiam et Saâd Kettani. L’impact de leur travail a largement dépassé le cadre du football. Ils ont tout simplement fait rêvé un pays, construit un projet qui relevait plus du cabinet d’un Premier ministre que d’un dossier de candidature. Pour les avoir fréquentés de longs mois, nous pouvons témoigner de leur sérieux et de leur professionnalisme. L’expérience accumulée ne devrait pas rester inexploitée, puisqu’on parle avec insistance de Youssef Bencheqroun, ingénieur des ponts et chaussée de son état, comme futur directeur général de la Fédération royale marocaine de football. Une bonne nouvelle. R.A



Et après… : Le football marocain en profitera-t-il ?


L'aventure Maroc 2010, malgré l’échec final, aura au moins permis à tout le monde de mesurer l’extraordinaire impact du football dans notre pays. Pourtant, après cette belle envolée, le risque est fort de voir retomber toutes ces belles promesses, et de retourner ainsi à la triste réalité de notre morne championnat. Le programme des trois stades en chantier (Tanger, Marrakech et Agadir), nous dit-on, sera achevé, même si les capacités devraient être revues à la baisse, suite au refus de la FIFA. Des stades, donc, mais pour quoi faire ? Sans un véritable programme de relance de notre championnat, ces stades resteront vides. Un programme de relance qui, pour être efficace, doit commencer par une restructuration des clubs. Car ce sont bien les clubs qui font la qualité d’un football et non les fédérations… C’est le Real ou Valence qui font la grandeur de l’Espagne, la fédération espagnole n’étant là que pour gérer les affaires courantes. Or, chez nous, les clubs manquent cruellement de dirigeants de qualité, ce qui est logique, puisqu’ils non rien à gagner à se lancer dans l’aventure. Aujourd’hui, les clubs marocains sont conçus comme des associations, ce qui exclut tout investisseur. Si demain, le WAC était à vendre, soyez certain que les repreneurs se presseraient, puisqu’ils seraient enfin patrons d’une structure qui, aujourd’hui, se contente de leur réclamer l'argent. Une réforme des statuts nécessaire, donc. Urgente, même ! R.A

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Botola Pro, programme de la 10e journée

Le programme de la 10e journée de la Botola Pro sera comme suit : Samedi 03/12/2011 15H00 FUS 2 - 0 RCA au COMPLEXE SPORTIF PRINCE MOULAY ABDELLAH - RABAT Dimanche 04/12/2011 14H30 JSM 0 - 1 FAR au STADE M. LAGHDAF - LAAYOUNE 15H00 DHJ 0 - 0 KAC au TERRAIN EL ABDI - EL JADIDA 16h30 OCK 0 - 1 HUSA COMPLEXE OCP - KHOURIBGA Lundi 05/12/2011 15H00 MAT - CRA au STADE SANIAT RMEL - TETOUANE 15h00 IZK - CODM au STADE 18 NOVEMBRE - KHEMISET Mardi 06/12/2011 15H00 WAF - OCS au COMPLEXE SPORTIF  DE FES - FES WAC - MAS Reporté pour cause de finale de la coupe de la CAF COMPLEXE SPORTIF MOHAMMED VCASABLANCA

Interview avec le défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari

Ci-aprés, l'interview accordé par le jeune défenseur Marocain du PSG Ahmed Kantari au site Planète PSG. A 20ans Ahmed Kantari vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec la Paris Saint Germain. Peux-tu te présenter rapidement ? (Rires) Ahmed Kantari, 20ans, jouer au Paris Saint Germain, international Marocain, défenseur central. J’ai été formé au PSG et a signé mon premier contrat professionnel cette année. Quand es-tu arrivé au PSG ? En 2000. J’entame ma 6ème année au PSG, 5ans en formation et là c’est ma première année avec les pros. Dans quel club évoluais-tu juste avant ? J’ai grandi à Blois, donc j’ai joué à Blois jusqu’à l’âge de 15ans et j’ai fait une année de 15ans Nationaux à Orléans puis je suis arrivé à Paris. Comment as-tu été repéré par le club ? J’ai été repéré avec les sélections régionales à l’âge de 14ans et je jouais avec Orléans cette année là. C’est avec la sélection du centre que j’ai été repéré par les recruteurs du PSG et j’ai s

Finale de la coupe du trône 2010 - 2011, derby CODM vs MAS

Aujourd'hui se sont jouées les demi finales de la coupe du trône saison 2010 - 2011. La première rencontre a opposé le CODM au DHJ au stade d'honneur à Meknès. Les locaux ont été les premiers à ouvrir la marque à la 58e minute grâce à un but d'Adil Hliouat. Les Doukkalis du DHJ ont réagi et ont failli égaliser sur pénalty à la 74e, mais Abderrahim Chakir n'a pas réussi à le transformer. La rencontre se termine sur le score d'un but à zéro permettant ainsi au club de Meknès, promu cette année en première division après plusieurs années passées loin des lumières, de décrocher le premier billet pour la finale. Coupe du trône MAS vs WAC La deuxième demi-finale s'est jouée à une soixantaine de kilomètres de Meknès dans le nouveau stade de la capitale spirituelle du royaume et a opposé le MAS local au Wydad de Casablanca, finaliste malheureux de la CAF Champions League le week end dernier à Rades en Tunisie. Le premier but de la rencontre a été marqué par le